Le 4 décembre 2023
Article mis à jour le 10 janvier 2024
Création d'entreprise

Par Mathilde Fauconnier

Rachat de société : tout ce qu’il faut savoir en 2024

Le rachat de société est très intéressant pour les personnes qui désirent se lancer dans l’entrepreneuriat sans partir de zéro. Vous pouvez ainsi acquérir une entreprise qui fonctionne déjà, et notamment qui a fait ses preuves en termes de chiffres d’affaires et de rentabilité. Comment racheter une entreprise ? Quels sont les avantages et inconvénients de la reprise d’entreprise ? Où trouver une annonce de cession d’entreprise ? Nous répondons à toutes vos questions dans ce guide complet !

Rachat de société : en quoi ça consiste ?

Comme son nom l’indique, le rachat d’entreprise consiste à acquérir une entreprise existante. L’acquéreur peut opter pour l’achat de tout ou partie des actifs du cédant. La reprise d’entreprise peut se dérouler de différentes façons, en fonction de la structure de l’entreprise concernée.

Le repreneur potentiel a le choix entre :

  • racheter le fonds de commerce, ou acquérir les titres des actionnaires ou associés dans le cas d’une société ;
  • se limiter au rachat du fonds de commerce pour une entreprise individuelle.

Et contrairement à certaines idées reçues, cette opération ne se limite pas au rachat d’entreprise en difficulté : de nombreux dirigeants cherchent à vendre des structures qui fonctionnent très bien pour se consacrer à d’autres projets par exemple !

A lire également : Devenir travailleur indépendant : le guide complet

Quel est l’intérêt de racheter une société ?

Accéder à une base clientèle déjà établie

Posséder une clientèle loyale est crucial dans l’entrepreneuriat pour la croissance et la pérennité d’une entreprise. Cette composante essentielle du fonds de commerce garantit des revenus constants pour l’entreprise. Alors que la création d’une entreprise implique la prospection de nouveaux clients, le rachat de société existante offre l’avantage d’une clientèle déjà établie !

Profiter d’un réseau de partenaires

Lors de la fondation d’une entreprise, il est nécessaire d’établir des relations avec des banques, fournisseurs et autres prestataires. Souvent, se forger une réputation parmi ces acteurs clés demande des années après la création de son activité professionnelle ! Par conséquent, la reprise d’une entreprise bien établie (en physique ou en digital) signifie hériter de relations déjà solides.

Débuter avec une infrastructure prête à l’emploi

Fonder une entreprise exige de recruter du personnel qualifié et de trouver des locaux, ce qui peut être difficile lorsqu’on manque de temps ou d’expérience. En revanche, racheter une entreprise existante permet d’économiser un temps précieux en termes de recrutement et d’organisation de la structure ! Vous avez déjà les locaux et vous pouvez réembaucher le personnel actuel si c’est pertinent.

Les risques de la reprise d’entreprise

Supporter le coût du rachat de la société

Racheter une société peut s’avérer onéreux, donc il est essentiel de s’assurer de sa rentabilité avant de s’engager. Cela nécessite une analyse approfondie pour évaluer les actions et la valeur de l’entreprise. À savoir que bien que le coût initial de la reprise puisse être élevé, l’investissement peut être amorti rapidement si l’entreprise est prospère !

Faire ses preuves immédiatement

Un nouveau dirigeant qui reprend une entreprise est souvent comparé à son prédécesseur. Clients, employés et fournisseurs peuvent évaluer les différences dans la gestion commerciale ou le management entre l’ancien et le nouveau dirigeant. Après un rachat de société, le nouveau dirigeant doit faire ses preuves immédiatement. Il a peu de temps pour s’adapter, et doit maintenir (voire surpasser) la performance de son prédécesseur.

Assumer une possible perte de clientèle

Il peut arriver qu’une entreprise perde des clients suite à un changement de direction. Dans l’esprit des clients, cette situation peut découler d’une baisse de la qualité des produits ou services par rapport à l’ère des anciens dirigeants. À vous de leur prouver que la qualité restera la même !

A lire également : Aides Pôle Emploi à la création d’entreprise : le guide

Où trouver une entreprise à racheter ?

Trouver une entreprise à vendre ou un commerce à revendre peut être complexe puisque ces structures annoncent rarement officiellement leur disponibilité pour une reprise. Parmi les principales méthodes pour trouver une entreprise en cession, on retrouve : 

  • le bouche-à-oreille, surtout dans les petites villes ;
  • les sites spécialisés, comme des plateformes listant les offres de cession d’entreprise ;
  • les sites gérés par des unions ou fédérations professionnelles ;
  • les outils nationaux d’annonce de cession (par exemple Transmibat pour les entreprises du BTP par la Fédération Française du Bâtiment) ;
  • les outils régionaux de cession d’entreprise.

Comment faire un rachat de société ? Conseils et étapes

1. Clarifiez votre projet de reprise d’entreprise

Avant de commencer votre recherche, il est crucial de réfléchir à vos motivations, objectifs, forces et faiblesses. Une fondation solide vous permettra de mener à bien votre projet dans les meilleures conditions. Pour cela : 

  • déterminez le secteur et la taille de l’entreprise que vous visez ;
  • évaluez vos compétences pour la reprise et la gestion d’une entreprise, spécifiquement dans le secteur choisi ;
  • analysez vos ressources financières ;
  • réfléchissez à des aspects personnels comme votre disposition à déménager ou le temps que vous êtes prêt à consacrer à cette nouvelle activité.

2. Affinez votre recherche et sélectionnez des entreprises

Deuxième étape pour racheter une entreprise en cession : procéder à une sélection minutieuse des entreprises potentielles.

Contactez les Chambres de Commerce et d’Industrie (CCI) dans vos régions ciblées et rencontrez leurs équipes spécialisées en reprise-transmission. Écartez rapidement les offres qui ne correspondent pas à vos critères (secteur d’activité, localisation, taille de l’entreprise, etc.).

Lorsque vous trouvez une entreprise intéressante, préparez votre rencontre avec le dirigeant pour collecter un maximum d’informations et laisser une impression positive. Mettez en avant vos atouts concurrentiels : compétences, expériences, qualité de votre apport financier, etc.

A lire également : Congé pour création d’entreprise : tout savoir pour se lancer

3. Évaluez la société à racheter

Avant de faire un rachat de société, il faut collecter toutes les informations nécessaires pour définir le business plan, le montage juridique et financier. Commencez par analyser l’activité et le marché de l’entreprise (ses clients et son environnement concurrentiel), puis étudiez son organisation (ressources humaines, équipements et savoir-faire).

Enfin, passez en revue les aspects financiers comme le chiffre d’affaires, la rentabilité et le niveau d’endettement. Il se peut que le cédant vous demande une lettre d’intention, formalisant votre intérêt à poursuivre l’étude du rachat et établissant un calendrier. Toute cette étape d’analyse de société vous permet également de juger du prix demandé par le cédant.

4. Élaborez votre business plan

Vous pouvez effectuer l’achat directement ou via une holding, nécessitant la création de cette structure. Le choix du statut juridique (Entreprise individuelle, EURL, SARL, SAS, SA, SNC, etc.) aura des implications fiscales et sociales importantes.

Vous devez aussi élaborer un business plan puisque ce document est crucial pour attester de la viabilité de votre projet de rachat et pour convaincre les financeurs. Votre business plan doit inclure :

  • votre profil (compétences, connaissance du secteur, apports financiers) ;
  • votre projet (type de rachat, structure juridique envisagée) ;
  • une description détaillée de l’entreprise (actifs, moyens d’exploitation, personnel) ;
  • l’offre de produits ou services ;
  • une analyse de marché de la concurrence ;
  • votre stratégie de développement post-reprise ;
  • la situation financière, prévisions et montage financier du projet ;
  • un calendrier des étapes clés de la reprise.

5. Concluez le rachat de la société

Il est maintenant temps de négocier la vente et de conclure la reprise ! Voici les différentes étapes : 

  • Le protocole d’accord : ce document clé établit les conditions de la cession et engage les deux parties. 
  • L’audit : entre la signature du protocole et l’acte de cession, il y a généralement un délai pour l’audit de l’entreprise, la consolidation des financements et la mise en place de la structure juridique adéquate.
  • La structure : si vous rachetez via une holding, vous devez créer cette entité. Malgré la simplification des formalités, quelques jours sont nécessaires pour obtenir le Kbis, confirmant officiellement la société.
  • L’acte de cession : le passage à la signature de l’acte de cession (devant un notaire, un avocat ou sous seing privé) représente l’étape finale. Après la signature, des formalités administratives restent toutefois à effectuer pour finaliser le rachat de société.

Comment financer le rachat d’une société ?

Méthodes de financement

Pour financer un rachat de société, il existe plusieurs options disponibles :

  • Fonds propres : il peut s’agir d’un apport personnel du repreneur (jusqu’à 30 % du montant de la transaction), d’une collecte de fonds auprès de proches ou de Business Angels (groupes d’investisseurs et de repreneurs).
  • Aides financières : renseignez-vous sur votre éligibilité aux aides de l’État, comme l’Arce ou l’Accre, qui sont souvent cumulables avec des subventions régionales.
  • Prêts sur l’honneur : ce sont des accords de financement sans intérêts, proposés par des entités spécialisées.
  • Crédit vendeur : il s’agit d’un emprunt souscrit par le repreneur à rembourser ultérieurement, permettant de couvrir une partie ou la totalité du coût de la reprise.
  • Financements bancaires professionnels : contractez des prêts pouvant atteindre jusqu’à 70 % du montant de l’acquisition, avec un remboursement sur 5 à 7 ans.

A lire également : Comment financer son projet de création d’entreprise ?

Reprise d’entreprise sans apport : est-ce possible?

Il est assez courant dans le monde des affaires de réaliser une reprise d’entreprise sans apport personnel, notamment lorsque les entrepreneurs manquent de capital. Il arrive même que certains entrepreneurs acquièrent des entreprises en difficulté pour un montant symbolique de 1 €.

Le cas de la reprise d’entreprise dans le bâtiment

Vous envisagez de lancer une société dans le BTP ? Plutôt de créer votre entreprise à partir de zéro, la reprise de société peut être une bonne option. Vous récupérez ainsi une grande partie des actifs de l’entreprise, mais aussi le portefeuille client existant.

De plus, la gestion d’une entreprise dans le bâtiment va souvent de pair avec de nombreuses charges : matériels, équipements, véhicule utilitaire, locaux ou atelier, vêtements de chantier, machines… Si vous optez pour un rachat, vous pourrez acquérir tous ces éléments à un prix négocié dans le coût global.

De plus, si l’entreprise en question est déjà bien implantée dans une zone géographique et bénéficie d’une bonne réputation, c’est un immense coup de pouce pour se lancer ! En effet, le bouche à oreilles est encore prédominant dans les métiers du bâtiment lorsqu’il s’agit de trouver de nouveaux clients.

Trouver une entreprise BTP en cession n’est pas toujours simple : faites jouer votre réseau et discutez avec les fournisseurs locaux qui peuvent avoir des informations de la part de leurs partenaires. Vous pouvez aussi regarder sur les sites d’annonces acheteurs/cédants comme reprise-entreprise.bpifrance, qui liste les offres d’entreprises du bâtiment disponibles pour un rachat.

A lire également : Comment devenir artisan du bâtiment ? Se lancer en 2024


Le rachat de société n’est pas une opération sans risque, mais elle peut se révéler très intéressante pour de nombreuses raisons. Racheter une entreprise vous permet de profiter des fondations solides mises en place par le cédant, ce qui peut être un gage de sécurité par rapport à la création d’entreprise. À vous de bien analyser cette structure pour faire le bon choix !

Simplifiez votre gestion d’entreprise du bâtiment.
Démarrer l’essai gratuit
Mathilde Fauconnier
Rédactrice web SEO, j’accompagne Obat depuis 3 ans dans la création de contenus en décryptant les spécificités de la gestion du bâtiment pour les artisans.

7 conseils pour réussir vos réunions de chantier

Réussir vos réunions de chantier est crucial pour le bon déroulé des travaux. En effet, elles aident à mettre en...

8 pratiques à suivre pour une gestion efficace de ses sous-traitants dans le bâtiment

En France, la sous-traitance est régie par la loi et repose sur un contrat entre deux entreprises : le donneur...

Définition d’un Opérateur de Dématérialisation (OD)

D’après la loi de finances de 2021, l'obligation de dématérialisation des factures sera étendue progressivement aux entreprises du secteur privé...

La RC Pro en auto entrepreneur | Que dit la loi ?

L'assurance responsabilité civile assure un micro-entrepreneur ou un auto-entrepreneur dans le cadre de dommages qu'il pourrait causer en cours de...

Comment financer son projet de création d’entreprise ?

Vous rêvez de créer une entreprise, mais vous ne savez pas comment la financer ? En effet, lorsqu'on lance une...

La base vie de chantier : usages, réglementation et location

Tout employeur dans le bâtiment avec au moins un salarié est tenu de fournir à son personnel des installations d'hygiène...