Le 5 septembre 2023
Article mis à jour le 9 janvier 2024
Création d'entreprise

Par Mathilde Fauconnier

Comment devenir artisan du bâtiment ? Se lancer en 2024

Formalités administratives, obligations juridiques, assurances, recherche de chantiers : devenir artisan du bâtiment peut sembler assez complexe de prime abord. Mais en y allant étape par étape, vous allez réussir à créer une structure pérenne. Alors, comment créer une entreprise du bâtiment ? Peut-on devenir artisan sans diplôme ? Quel statut artisan choisir ? Découvrez notre guide complet !

Quels métiers peut-on exercer en tant qu’artisan ?

Travailler dans l’artisanat en France, c’est choisir une voie riche et diversifiée parmi une multitude de métiers. Ces derniers peuvent être exercés de manière indépendante et sont souvent animés par la passion et l’expertise dans un domaine manuel spécifique !

L’artisanat est en grande partie composé de petites entreprises, avec généralement moins de 10 salariés, et d’auto-entreprises. Ce secteur connaît une forte dynamique et pour devenir artisan indépendant, de nombreux métiers existent comme :

  • boulanger ;
  • boucher ;
  • couvreur ;
  • charpentier ;
  • peintre en bâtiment ;
  • électricien ;
  • maçon ;
  • ébéniste ;
  • cordonnier ;
  • déménageur ;
  • fleuriste ;
  • mécanicien ;
  • bottier ;
  • céramiste ;
  • etc.

Formations et certifications pour devenir artisan du BTP

Les possibilités d’études

Pour devenir artisan dans le bâtiment, il faut obtenir des diplômes spécifiques ou démontrer d’une expérience professionnelle d’au moins 3 ans dans le domaine. Voici une liste des diplômes communs et des exigences pour devenir artisan :

  • Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP) : souvent complété par une Mention Complémentaire (MC) pour une spécialisation. La durée est généralement d’un an.
  • Brevet professionnel (BP) : un diplôme qui offre une qualification dans divers métiers artisanaux.
  • Certificat Technique des Métiers (CTM) : un diplôme préparé en apprentissage de 2 ans après le collège, délivré par la Chambre de Métiers et de l’Artisanat (CMA).
  • BEP et Bac Pro : ces diplômes se préparent en 3 ans et correspondent au niveau d’un ouvrier qualifié. Ils sont souvent préparés en alternance.
  • BTS : un diplôme préparé en 2 ans après le Bac. Il ouvre des portes vers certains métiers du bâtiment, comme chef de chantier, ou dans des domaines comme la mode.
  • Diplômes spécialisés : certains métiers d’artisanat artistique nécessitent des formations spécifiques, comme celles offertes par l’École Boulle ou l’ESAA Dupérré.

A lire également : Quelles sont les meilleures formations BTP ?

Les conditions pour exercer

Pour les professions réglementées ou les activités artisanales touchant la structure du bâtiment, il est obligatoire de posséder un diplôme ou de justifier d’une expérience professionnelle. Les conditions pour devenir artisan impliquent ainsi de :

✅ posséder un diplôme et/ou une qualification professionnelle liée à l’activité artisanale exercée ;
✅ justifier d’une expérience professionnelle d’au moins 3 ans via une Validation des Acquis de L’Expérience ;
✅ s’inscrire au répertoire des métiers (RM), un processus automatisé via le guichet unique depuis janvier 2023 si vous exercez en indépendant ;
✅ obtenir une carte professionnelle d’artisan, également pour votre conjoint collaborateur si applicable.

Comment devenir artisan du bâtiment ? Les démarches

1. Passer des diplômes et certifications 

Vous vous interrogez sur la formation nécessaire pour embrasser une carrière d’artisan, en particulier dans les métiers du bâtiment comme électricien ou menuisier ?

Il est essentiel de comprendre que des qualifications spécifiques sont requises pour ces métiers, étant donné qu’ils nécessitent des compétences et des savoir-faire uniques.

Les options incluent l’obtention d’un Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP), d’un Brevet d’Études Professionnelles (BEP) ou la recherche d’un contrat en alternance qui combine théorie et expérience pratique.

N’hésitez pas à consulter la Chambre des Métiers et de l’Artisanat de votre département pour obtenir des détails sur les diplômes et qualifications nécessaires pour votre domaine d’intérêt.

2. Choisir le bon statut

Si vous envisagez de devenir artisan BTP, vous devez choisir parmi plusieurs statuts juridiques, chacun ayant ses propres avantages et inconvénients. Les options possibles sont :

  • devenir autoentrepreneur ;
  • créer une Société par Actions Simplifiées (SAS) ;
  • opter pour la forme d’une Société à Responsabilité Limitée (SARL).

Étant donné que chaque statut comporte des particularités qui peuvent mieux convenir à votre situation et à vos objectifs d’affaires, il est fortement conseillé de consulter un expert-comptable avant de prendre votre décision.

Ce dernier vous guidera vers la structure la plus adaptée à vos besoins et projets. En général, on commence par devenir artisan auto-entrepreneur pour bénéficier des formalités simplifiées, avant de passer en société dès que l’activité se pérennise et que le chiffre d’affaires augmente.

A lire également : Devenir auto-entrepreneur dans le bâtiment et Artisan : quel statut juridique choisir ? Le guide complet

3. S’inscrire au répertoire des métiers (RM)

La prochaine étape dans les formalités de création d’entreprise artisanale consiste à s’inscrire au répertoire des métiers (RM). Cette démarche administrative est incontournable.

Vous devrez vous rendre au Centre de Formalité des Entreprises (CFE) de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat afin d’obtenir un numéro d’immatriculation (aussi appelé numéro Siren) et un code APE attribué par l’Insee.

Vous avez également la possibilité d’effectuer votre demande en ligne directement sur le site Internet du CFE, facilitant ainsi la procédure d’inscription.

4. Suivre le Stage de Préparation à l’Installation

Auparavant obligatoire, le stage de préparation à l’installation (SPI) est aujourd’hui facultatif. Organisé par la Chambre des Métiers, il dure en moyenne 30 heures et reste très utile pour les nouveaux créateurs d’entreprise. Durant ce stage, le futur entrepreneur apprendra :

  • à comprendre les conditions requises pour son installation ;
  • à identifier les éventuels problèmes auxquels il pourrait être confronté ;
  • les méthodes de contrôle et de prévision ;
  • les formations disponibles et les contextes économique, juridique, et social dans lesquels l’entreprise évoluera ;
  • les bases de la comptabilité.

Le SPI n’est pas seulement destiné à l’entrepreneur lui-même : le conjoint collaborateur et les auxiliaires peuvent également en bénéficier. À l’issue du stage, le futur artisan reçoit une attestation de stage de préparation à l’installation (SPI), validant ainsi sa participation.

5. Souscrire les assurances obligatoires

Afin de devenir artisan du bâtiment, il vous sera nécessaire de vous inscrire à certaines assurances obligatoires.

Ces assurances, comme la garantie décennale et l’assurance responsabilité civile professionnelle, sont essentielles pour vous protéger contre les divers risques associés à ces métiers. Il est donc préférable d’être bien couvert pour éviter tout problème éventuel !

A lire également : Les assurances dans le BTP : comment se protéger en tant qu’artisan ?

6. Ouvrir un compte bancaire pour son entreprise

Avant de lancer votre activité, l’ouverture d’un compte bancaire dédié à votre entreprise est une étape cruciale. Il peut être bénéfique de visiter plusieurs banques afin de comparer leurs avantages et de choisir celle qui correspond le mieux à vos besoins.

Gardez à l’esprit que toutes les transactions, dépenses et recettes, sur ce compte professionnel doivent être dûment justifiées. Assurez-vous donc de conserver soigneusement toutes vos factures d’achat et de vente pour une gestion transparente et conforme.

A lire également : Les 12 meilleures banques pro en ligne | Comparatif

7. Prospecter pour trouver des chantiers

Enfin, créer une entreprise en bâtiment exige de trouver des clients ! Une entreprise artisanale reste une entreprise, et vous avez besoin de prospecter pour signer des contrats et chantiers.

Pour vous faire connaître, créez un site Internet, développez votre présence sur les réseaux sociaux, misez sur le bouche-à-oreille en parlant de votre création d’entreprise autour de vous, rejoignez des réseaux artisans autour de chez vous, etc. 

A lire : Comment trouver des chantiers pour auto entrepreneur ? 7 astuces

Réussir en tant qu’artisan : nos conseils

Adopter une mentalité entrepreneuriale est crucial pour réussir en tant qu’artisan auto-entrepreneur, surtout dans un secteur comme le BTP. Voici quelques conseils pour réussir en tant qu’artisan du bâtiment : 

  • Se préparer aux obstacles : entreprendre signifie prendre des risques, travailler dur, faire face à l’échec et apprendre de ses erreurs. Vous devrez démontrer de la résilience et de la persévérance pour réussir. La créativité et la constante recherche de nouvelles opportunités sont ici clés.
  • Bien gérer son entreprise : vous devez comprendre vos charges, planifier vos dépenses et mettre de côté suffisamment d’argent pour vos impôts. Utiliser un logiciel de gestion est recommandé. Vos prix de vente doivent également être réfléchis en tenant compte des coûts de revient, de la valeur perçue et de votre positionnement commercial.
  • Proposer un service de qualité : la qualité de votre travail vous distinguera de vos concurrents. Il faut respecter les délais et fournir un service client de qualité pour fidéliser les clients. Les avis peuvent d’ailleurs vous aider à améliorer vos services et à rassurer de futurs clients potentiels !
  • Innover et faire une veille de marché : restez à l’écoute de votre marché et continuez à vous former pour rester à jour avec les dernières tendances. Votre capacité à innover et à vous adapter rapidement sera un avantage, surtout en tant qu’artisan auto-entrepreneur.
  • Prévenir le burn-out : la prévention du burn-out est essentielle. Prenez soin de vous en maintenant un équilibre entre le travail et la vie personnelle, et en trouvant du temps pour vous détendre.
  • Embrasser les nouvelles technologies : utilisez les médias sociaux, créez-vous une présence en ligne, et envisagez de vendre vos créations sur des plateformes en ligne. Ces outils technologiques peuvent élargir votre clientèle.
  • Valoriser son éthique de travail : si vous êtes artisan RGE (reconnu garant de l’environnement), c’est un atout à mettre en avant !

A retenir pour devenir artisan du bâtiment

Devenir artisan du bâtiment requiert bien plus qu’un simple ensemble de compétences. C’est un parcours exigeant, mais vous pouvez vous épanouir dans ce domaine passionnant et gratifiant grâce aux bonnes stratégies et à un esprit entrepreneurial fort. Maintenant que vous savez comment devenir artisan, il ne vous reste plus qu’à vous lancer !

Simplifiez votre gestion d’entreprise du bâtiment.
Démarrer l’essai gratuit
Mathilde Fauconnier
Rédactrice web SEO, j’accompagne Obat depuis 3 ans dans la création de contenus en décryptant les spécificités de la gestion du bâtiment pour les artisans.

La RC Pro en auto entrepreneur | Que dit la loi ?

L'assurance responsabilité civile assure un micro-entrepreneur ou un auto-entrepreneur dans le cadre de dommages qu'il pourrait causer en cours de...

Dessinateur en bâtiment : Salaire et formation en 2024

Comment devenir dessinateur en bâtiment ? Ce métier moderne allie techniques du BTP et numérique dans la création de plans,...

Formation CACES R 489, ex-R 389 : quels prix et avantages ?

Travailler sur un chantier implique l’utilisation d’engins imposants, et parfois dangereux. Pour la sécurité de tous, la CNAM a donc...

Comment faire connaître son activité sur les réseaux sociaux en tant qu’artisan ?

L'utilisation des réseaux sociaux par les artisans du bâtiment est une approche judicieuse pour faire connaître son activité et trouver...

Permis nacelle : tout savoir sur le CACES R 486

Pour certains chantiers, la conduite des PEMP, les Plateformes Elévatrices Mobiles de Personnes, est nécessaire. Vous devez donc disposer du...

9 outils de signature électronique gratuits et payants

L'essor des technologies numériques a engendré de nouvelles pratiques, dont la signature numérique. Cette dernière ne consiste pas à simplement...