Le 17 novembre 2022
Article mis à jour le 13 septembre 2023
Création d'entreprise

Par L'équipe de rédaction

Comment financer son projet de création d’entreprise ?

Vous rêvez de créer une entreprise, mais vous ne savez pas comment la financer ? En effet, lorsqu’on lance une boîte, il faut parfois plusieurs mois avant de se dégager du chiffre d’affaires et commencer à être rentable. Heureusement, il existe différentes solutions de financements pour démarrer son activité avec des fonds, qu’ils viennent de sources externes ou internes. Dans cet article, nous vous expliquons comment financer votre projet de création d’entreprise pour que l’argent ne soit plus un frein à vos projets ! Vous pourrez ainsi opter pour l’option qui correspond le plus à vos besoins financiers et à vos ressources.

Le plan de financement pour création d’entreprise

Qu’est-ce que c’est ?

Le plan de financement est un tableau financier qui a pour mission de synthétiser les besoins de financement et les ressources d’une entreprise afin d’atteindre l’équilibre. Il s’agit d’un tableau prévisionnel qui fait partie du business plan d’une structure. Il permet d’anticiper les problèmes de trésorerie assez couramment rencontrés lors du démarrage d’une activité.

Grâce à sa vision long terme, c’est un outil qui permet de gérer son besoin financier et d’évaluer l’impact d’un emprunt pour financer son projet de création d’entreprise. Il permet également de témoigner de la santé financière de l’entreprise auprès d’un investisseur ou d’un acheteur, tout en crédibilisant les investissements.

Cet article peut vous intéresser : Comment faire un business plan pour son entreprise BTP ?

À quoi ça ressemble ?

Le plan de financement initial se construit donc sous forme d’un tableau avec les besoins (tout ce dont l’entreprise doit avoir pour se lancer) et les ressources (tous les moyens qu’elle peut utiliser pour répondre à ces besoins).

BesoinsRessources
Investissements : frais de démarrage, immatriculation de la société, frais juridiques et administratifs, etc.
Immobilisations incorporelles : dépôts de brevet et de marque, droits d’entrée et droits au bail, frais de communication, etc.
Immobilisations corporelles : matériel, travaux, mobilier, véhicule, etc. (tout ce qui est à plus de 500 € HT).
Autres : dépôts de garantie, cautions, etc.
Besoin en fonds de roulement : différence à prévoir entre les encaissements et les décaissements. 
Trésorerie au démarrage : pour couvrir les dépenses (charges sociales, charges fixes, salaires) et les imprévus.



Fonds propres : apports personnels, apports en comptes courants, prêts d’honneur et subventions.
Emprunts : emprunts bancaires, crédits et autres prêts.
Capacité d’autofinancement : flux potentiel de trésorerie de l’entreprise permettant de financer ses besoins.

Comment faire ?

Le financement d’une création d’entreprise exige donc que vous identifiiez tous les frais de démarrage et les investissements nécessaires. Vous devez également calculer votre besoin en fonds de roulement et lister tous vos apports éventuels.

Pour bien financer son projet d’entreprise, vos besoins et vos ressources doivent mener à un résultat équilibré : c’est la règle d’or. De plus, faites attention à ce que votre endettement ne soit pas trop important et vérifiez que les données de votre trésorerie soient bien identiques à votre plan de trésorerie dans votre business plan !

financement création entreprise

Quelles solutions pour financer son projet d’entreprise ?

Les fonds propres des associés

Pour financer une reprise d’entreprise ou une création, vous pouvez d’abord vous tourner vers des solutions internes avec les fonds propres d’entreprise. Il s’agit de l’épargne personnelle des associés, épargne apportée sous forme d’apports en numéraire ou d’apports en comptes courants

Si vous arrivez à trouver un équilibre avec vos fonds propres uniquement, vous tendez vers une capacité d’autofinancement. Pour financer son projet de création d’entreprise, c’est la manière la plus saine dans la mesure où vous ne faites appel à aucune ressource extérieure. L’autofinancement est une preuve de stabilité sur le long terme.

Les financements extérieurs

Toutefois, le financement d’une entreprise passe très souvent par des financements externes, notamment via les banques et les organismes de crédit. Il existe de nombreuses solutions pour s’adapter aux besoins de chaque entrepreneur. Les financements les plus courants sont :

  • Le prêt professionnel : c’est un emprunt bancaire qui permet d’avoir la somme d’argent nécessaire pour se lancer. La somme prêtée doit ensuite être remboursée avec paiement des intérêts, comme pour tout crédit classique.
  • Le financement participatif : le crowdfunding permet de récolter des fonds directement auprès du public pour financer son projet de création d’entreprise. On utilise souvent des plateformes Internet. Des particuliers qui s’intéressent à votre projet peuvent vous laisser des dons ou un prêt gratuit.
  • Le BSA-AIR : à destination des start-ups en phase de développement, c’est un outil de financement qui permet d’obtenir des fonds rapidement et à moindre coût. 

Il vous est possible de recourir à plusieurs de ses investissements externes en simultané. Dans tous les cas, vous devez convaincre l’investisseur ou le public de la viabilité et de la rentabilité de votre projet. C’est aussi la raison pour laquelle la construction d’un business plan est une étape cruciale.

Les aides et subventions

Vous pouvez également avoir recours à une aide financière pour création d’entreprise. En effet, il existe de nombreux dispositifs en France qui permettent de financer son projet grâce à des aides :

  • Les subventions pour la création d’entreprise : ces aides sont accordées par l’État. Elles sont proposées par les collectivités territoriales aux entreprises innovantes, sous condition d’éligibilité.
  • Les aides à la création d’entreprise pour les femmes : avec l’objectif de renforcer la parité dans le monde entrepreneurial, certaines aides ont été créées pour accompagner au mieux les femmes. Par exemple, les porteuses de projet peuvent obtenir des prêts ou des garanties simplifiant leur accès au crédit.
  • L’ARCE (Aide à la Reprise ou à la Création d’Entreprise) : ce dispositif de Pôle emploi permet à un demandeur d’emploi inscrit de financer son projet de création d’entreprise en continuant de toucher ses allocations chômage. Il est possible de percevoir ses allocations sous forme de capital pour lancer plus simplement son projet.

Les autres alternatives de financement

Pour financer une création d’entreprise, il existe encore d’autres options tout aussi pertinentes en fonction de votre besoin sur le plan financier :

  • La collecte de fonds auprès de votre entourage : c’est ce qu’on appelle « l’argent du cœur » ou le « capital de proximité ». Vous bénéficiez alors d’exonérations ou de réductions d’impôts. 
  • Les prêts d’honneur : pour une création ou reprise d’entreprise réalisée par un jeune dirigeant, le prêt d’honneur est un prêt sans garantie ni caution personnelle, généralement à taux zéro et inscrit en fonds propres. 
  • Le micro-crédit : pour les créateurs qui rencontrent des difficultés d’accès aux financements bancaires, le microcrédit permet aux porteurs de projet de faire naître ou de pérenniser leur propre emploi. Il est généralement proposé par des acteurs associatifs comme l’Adie.
  • Les incubateurs : structures d’aide à la création d’entreprise, vous pouvez être accompagné sur 1 à 3 ans pour réaliser votre projet entrepreneurial.
  • Les business angels : ces investisseurs providentiels investissent une partie de leur patrimoine financier dans des sociétés innovantes, en se focalisant sur la réussite potentielle du projet. 
  • Les prêts interentreprises : les entreprises peuvent être créancières ou débitrices les unes des autres, ce qui signifie qu’il est possible pour les SARL et sociétés par actions et prêter des fonds à des micro-entreprises, PME ou ETI.
  • Les concours : enfin, vous pouvez participer à des concours destinés aux créateurs ou nouveaux chefs d’entreprise pour obtenir des dotations financières et rencontrer des partenaires ou des investisseurs.

A lire également : Micro-crédit auto entrepreneur | Avantages et démarches

Autres conseils pour réussir à financer son projet de création d’entreprise

Financer son projet de création d’entreprise peut représenter un travail de longue haleine. Pour mettre toutes les chances de votre côté, voici quelques conseils supplémentaires :

  • Ne sous-évaluez pas vos besoins financiers : les porteurs de projet ont tendance à sous-estimer leur besoin en financement pour limiter leur endettement. Pourtant, bien évaluer ces besoins vous permet de sécuriser le démarrage de votre activité, d’anticiper les écarts de trésorerie, de crédibiliser votre dossier face à un financeur et de faciliter l’obtention de financements.
  • Différenciez bien les différents financements : les fonds propres représentent les capitaux dont dispose votre entreprise (souvent, ce sont les capitaux de départ). Le recours à des investisseurs est nécessaire si vos capitaux propres ne suffisent pas à démarrer votre entreprise. Vous pouvez aussi utiliser une plateforme de crowdfunding ou de financement participatif. L’endettement consiste ensuite à solliciter un emprunt bancaire ou un microcrédit. 
  • Soignez la présentation de votre projet : un projet de création d’entreprise bien préparé, cohérent et porté obtiendra plus facilement un financement. Au contraire, financer son projet de création d’entreprise avec un plan de financement déséquilibré aura peu de chance de séduire. 
  • Renseignez-vous sur les dispositifs de garantie pour les créateurs d’entreprise : les banques ne prêtent pas sans exiger des garanties sur les biens financés ou avec des cautions personnelles. Il existe donc des organismes ou les collectivités locales qui proposent des contre-garanties ou se portent directement caution de votre emprunt (fonds de garantie nationaux et régionaux, sociétés de caution mutuelle, etc.).

A retenir pour financer son projet d’entreprise

Financer un projet de création d’entreprise peut rapidement devenir un casse-tête au vu de toutes les solutions qui s’offrent à vous. Pourtant, il faut simplement procéder par étape : essayez d’abord de vous auto-financer, puis ayez recours à des financements extérieurs pour les besoins financiers restants. En sachant que tous les dispositifs de financement ne sont pas onéreux : l’ACRE ou encore le crowdfunding vous permettent d’obtenir des fonds rapidement et à moindre coût. Il existe donc forcément une source de financement adapté à votre projet de création ou de reprise d’entreprise !

Simplifiez votre gestion d’entreprise du bâtiment.
Démarrer l’essai gratuit

Envoyer ses factures bâtiment avec Chorus Pro : les étapes

En tant que professionnel du bâtiment, vous êtes sûrement amené à facturer des entités publiques, et par conséquent à utiliser...

La CAPEB : quels sont les avantages pour les artisans ?

Depuis plus de 70 ans maintenant, la CAPEB représente et défend les intérêts des professionnels du BTP. Acteur majeur dans...

Les 7 meilleurs modèles de devis gratuits – Excel et Word

Vous avez lancé votre entreprise récemment et vos clients vous demandent régulièrement des devis ? Ce document, qui sert à...

Artisans : où acheter des devis travaux ?

Si vous cherchez à obtenir vos premiers clients ou que votre carnet de commande est parfois un peu vide, vous...

Chauffe-eau solaire : prix, avantages et fonctionnement

Le chauffe-eau solaire individuel séduit de plus en plus de particuliers en France et les demandes affluent auprès des professionnels...

La cotraitance sur les marchés du BTP : définition & intérêt

Mutualiser temporairement les moyens et les compétences de plusieurs entreprises dans le but d'exécuter un contrat : c’est le principe...