Statut ETAM et grille de salaire dans le bâtiment en 2021

Le 2 octobre 2020 - Vos employés

Dans le secteur du BTP, le statut ETAM est un statut intermédiaire entre les ouvriers et les cadres. En complément des dispositions obligatoires liées au Code du travail, cette catégorie socio-professionnelle répond à une convention collective qui définit les salaires minimums, le statut, les clauses du contrat de travail, etc. Les employés, les techniciens et les agents de maîtrise profitent donc d’un statut légèrement différent de ceux de leurs collègues cadres ou ouvriers.

Alors, qu’est-ce que le statut ETAM ? Quels sont ses avantages ? Quels sont les 8 niveaux de classification et la grille salariale ? Découvrez toutes les réponses dans cet article !

Qu’est-ce que le statut ETAM ?

Définition du statut ETAM

ETAM est un acronyme pour Employés, Techniciens et Agents de Maîtrise. Le statut ETAM dans le bâtiment réunit donc tous les salariés du BTP qui ne sont ni des ouvriers, ni appartenant à la catégorie des IAC (Ingénieurs et Assimilés Cadres).

Les salariés répondant à la catégorie ETAM sont souvent plus qualifiés que les ouvriers, mais avec moins de responsabilités que les ingénieurs ou les cadres. On pourrait penser qu’il s’agit donc d’un statut intermédiaire entre ces deux profils, mais ce n’est pas tout à fait exact : le niveau de statut d’un salarié ETAM dépend de la convention collective de l’entreprise.

La fiche de paie de chaque salarié doit obligatoirement indiquer ce statut. C’est pour cette raison qu’il existe des critères de classification (détaillés plus loin dans cet article) pour définir différents niveaux : plus le salarié est haut dans le classement, plus importante sera sa rémunération.

A lire : grille de qualification des ouvriers BTP : les 4 niveaux

Statut ETAM ou cadre : quelle différence ?

Le statut cadre nécessite un niveau de qualification plus élevé (diplômes davantage valorisés) et implique plus de responsabilités à la charge de l’employé.

Il bénéficie donc d’une rémunération plus importante, d’une meilleure retraite, ainsi que d’une meilleure assurance en cas d’invalidité, suite à un accident de travail par exemple.

Le statut professionnel ETAM permet cependant aux ouvriers de payer moins de cotisations et de charges salariales, et donc de profiter d’un écart réduit entre le salaire net et le salaire brut.

Grâce à différentes réformes, la différence entre les deux statuts s’amenuise, car le statut cadre s’étend à présent à d’autres postes que ceux d’encadrement pur.

Les critères de classification ETAM

Comme nous l’expliquions précédemment, le statut ETAM n’est pas fixe et peut se subdiviser en plusieurs niveaux de qualification du BTP.

Voici les différents critères de classification ETAM, qui définissent ce qu’on appelle les catégories ETAM

  • qualités et compétences ;
  • expérience et formation ;
  • type d’activité ;
  • degré de technicité ;
  • niveau d’expertise ;
  • niveau de responsabilité ;
  • degré d’initiative et d’autonomie.

Les avantages du statut ETAM dans le bâtiment

Quels sont les avantages du statut ETAM dans le bâtiment ? En comparaison avec le statut de cadre ou le statut d’ouvrier, il présente plusieurs intérêts, dont voici une liste non exhaustive :

  • Réduction des cotisations et des charges : le montant perçu à la fin du mois se rapproche davantage du salaire brut négocié dans le contrat de travail.
  • Jours de congés supplémentaires : liés à l’ancienneté du salarié.
  • Congés maladie payés par l’entreprise : ce n’est pas une caisse spécifique qui prend en charge les congés maladie, mais directement l’entreprise du salarié.
  • Indemnité conventionnelle de départ en retraite plus élevée : par rapport à celle d’un ouvrier par exemple.
  • Indemnités d’heures supplémentaires : majoration de 25 % pour les 8 premières heures travaillées en supplément, et majoration de 50 % à partir de la 43e heure travaillée. La limite est fixée à un maximum de 180 heures annuelles par salarié.
avantages du statut ETAM dans le bâtiment

La classification du statut ETAM dans le BTP

Le statut employé

Il existe donc 8 niveaux de classification du statut professionnel ETAM, chacun impliquant un certain degré de responsabilité et un niveau minimum de rémunération. Voici les 4 premiers niveaux, qui correspondent tous à un statut d’employé :

  • Niveau A : c’est le niveau le plus basique, impliquant des tâches simples, répétitives et routinières. Aucune connaissance spécifique n’est requise, sans prise d’initiative et dans le respect d’une hiérarchie stricte. Il reçoit donc des directives et son travail est contrôlé. Il doit simplement s’adapter à son environnement de travail et de respecter les règles de sécurité. Le salaire mensuel brut correspond au SMIC.
  • Niveau B : les employés du niveau B font preuve de plus d’initiative et d’autonomie que ceux du niveau A. Ils justifient également d’un diplôme tels qu’un CAP ou un BEP. S’ils ne possèdent pas ces certifications, ils ont simplement évolué depuis le niveau A grâce à leur travail et leur montée en expérience. Le salaire minimum est de 1 600 € brut.
  • Niveau C : le niveau C demande des qualifications appuyées par un diplôme tels que le BP, le BT ou le Bac Pro. Leurs tâches sont plus complètes et diversifiées, avec un niveau d’autonomie toujours supérieur par rapport au niveau B. Les employés C doivent s’assurer de la bonne réalisation des travaux, du respect des objectifs et des délais convenus. La rémunération brute est de 1 720 € par mois.
  • Niveau D : il s’agit du dernier niveau du statut employé. Les employés de catégorie D peuvent gérer des actions sécuritaires et des démarches de prévention. Ils font preuve d’une bonne technicité et résolvent des problèmes courants. Autonomes, leur travail n’est surveillé que par un bref contrôle de finition. Ils possèdent également un diplôme ou une expérience suffisante pour se distinguer du niveau B. Ici, le salaire brut mensuel est de 1 920 €.

Le statut technicien et agent de maîtrise

La deuxième catégorie du statut ETAM, regroupant les 4 niveaux de qualification suivants, est celle des techniciens et agents de maîtrise (TAM) :

  • Niveau E : ce premier niveau des TAM regroupe les salariés réalisant des tâches d’exécution, de contrôle et d’organisation. Hiérarchiquement supérieurs à ceux du statut employé, ils exercent également un rôle de commandement et d’autorité. Les TAM de niveau E peuvent aussi être sollicités comme formateurs pour les salariés moins qualifiés. C’est pourquoi ils doivent être experts dans leur spécialité, avec une excellente technicité, et se former continuellement aux nouveautés. La rémunération minimale est de 2 100 € brut.
  • Niveau F : très semblable au niveau E, le niveau F ajoute la gestion des interlocuteurs externes. Ces TAM doivent également vérifier les règles de sécurité et leur bonne application, couplées à une force de proposition en cas de possibles améliorations de ces règles. Si des délégations doivent représenter l’entreprise, ils peuvent en faire partie. Pour appartenir à la catégorie F, il faut avoir validé le niveau E ou bien une formation scolaire générale, technologique ou professionnelle. Le salaire minimum évolue à 2 480 € brut mensuel.
  • Niveau G : le niveau G regroupe toutes les responsabilités des niveaux E et F. La différence réside dans les niveaux de savoir-faire et de technicité des TAM, qui sont encore plus approfondis. Ils possèdent également des compétences basiques dans des techniques transversales et connexes à leur spécialité. Un TAM de ce niveau touche au moins 2 730 € par mois.
  • Niveau H : nous voici au niveau le plus élevé de tout le statut ETAM. En plus de toutes les compétences et qualités associées aux classifications inférieures, les TAM de niveau H maîtrisent parfaitement leur domaine d’activité (techniques avancées, savoir-faire précis, nouvelles technologies, etc.), ainsi que toutes les tâches imputables aux niveaux inférieurs. Sa rémunération mensuelle s’élève à 2 960 € minimum.

Grille de salaire du statut ETAM en 2021

Comme vous pouvez le constater, la grille de salaire des ETAM démarre du SMIC à 1 470 € brut pour arriver à un revenu de 2 960 € pour le niveau le plus élevé.

Cependant, ce n’est qu’une moyenne nationale : la grille salariale peut varier en fonction de différents facteurs. Un employeur peut choisir de rémunérer davantage ses salariés, car des secteurs sont plus lucratifs que d’autres dans le BTP.

La rémunération peut aussi varier en fonction des différentes régions. Par exemple, les salaires sont plus élevés en Lorraine qu’en Corse ou en Auvergne.

Dans tous les cas, le statut ETAM dépend également de la convention collective Syntec, qui attribue différents coefficients en fonction de 3 niveaux hiérarchiques : rôle d’exécution, rôle d’étude et de préparation, rôle de conception et de gestion.

Plus le salarié possède un coefficient élevé, plus le salaire minimum est élevé. Pour monter dans la classification ETAM, un salarié doit donc développer ses compétences et son savoir-faire, faire des formations et/ou passer plusieurs années dans chaque niveau pour gravir les échelons petit à petit.


Le statut ETAM dans le BTP s’applique donc aux employés, techniciens et agents de maîtrise travaillant pour des entreprises du bâtiment. Même si leur niveau de rémunération est moins important que celui des cadres, ils profitent d’avantages comme la majoration des heures supplémentaires ou la réduction des cotisations et charges salariales. Les salariés se classent dans 8 niveaux de responsabilité, dépendant majoritairement de leur niveau d’expérience, de leurs diplômes, de leur technicité et leur degré d’initiative et d’autonomie. Le statut ETAM représente donc une façon de mettre en avant et de récompenser l’implication de chaque salarié dans le développement de l’entreprise !