Grille de qualification des ouvriers BTP : les 4 niveaux

Par Flo - Actualités du BTP - 17 septembre 2020

Connaissez-vous l’importance des grilles de qualification dans le bâtiment ? Elles définissent les postes et les salaires auxquels les salariés et ouvriers peuvent accéder en fonction de leur qualification professionnelle dans le BTP. Les rémunérations sont notamment indexées sur un coefficient de salaire. Si vous travaillez dans ce secteur, il est primordial que vous en compreniez les enjeux. Alors, comment ça marche ? Comment se calcule le salaire des ouvriers du bâtiment ? Quels sont les 4 niveaux de qualifications ? Nous vous dévoilons tout dans cet article !

La grille de qualification BTP : comment ça marche ?

Principe et critères 

Grâce à la grille de qualification du BTP, vous pouvez identifier les emplois auxquels vous pouvez prétendre en fonction de vos compétences.

Si vous êtes aspirant travailleur, cela peut grandement vous aider à trouver un emploi qui vous convient, tant au niveau des qualifications que de la rémunération salariale.

Si vous cherchez au contraire à vous reconvertir ou à évoluer professionnellement, cela vous permet également d’affiner vos exigences.

Cette classification des ouvriers du bâtiment prend en compte les critères suivants (liste non exhaustive) : vos diplômes et votre formation, votre niveau d’expérience, votre expertise, votre ancienneté, votre capacité d’adaptation et votre esprit d’initiative, votre technicité et votre autonomie.

Cette classification sert ensuite de référentiel pour définir les différents échelons, mais il peut y avoir des différences en fonction du secteur, de la société et de la convention collective à laquelle votre entreprise répond.

Les 4 grilles de qualification

Les 4 niveaux de qualification des ouvriers du BTP répondent donc à des niveaux d’exigence différents. On les détaille plus bas dans cet article, mais en voici les grandes lignes en premier lieu :

  • Niveau I : ouvrier exécutif (subdivisions N1P1 et N1P2).
  • Niveau II : ouvrier professionnel.
  • Niveau III : compagnon professionnel (subdivisions N3P1 et N3P2).
  • Niveau IV : chef d’équipe et maître ouvrier (subdivisions N4P1 et N4P2).

A lire : congés payés dans le BTP : 8 infos utiles

Coefficient de salaire et qualification dans le bâtiment

Qu’est-ce que le coefficient de salaire ?

Lorsque deux partis établissent un contrat de travail, le salarié est automatiquement rattaché à un coefficient de rémunération, peu importe son secteur d’activité.

Dans le bâtiment, ce coefficient permet ensuite de déterminer la grille de salaire de l’ouvrier en fonction de son poste et de la catégorie socioprofessionnelle à laquelle il appartient.

L’objectif est d’établir une certaine hiérarchie entre les salariés en fonction de leur niveau de responsabilité. Chaque employé peut trouver son coefficient sur sa fiche de paie, où il est obligatoirement indiqué.

Comment se définit le coefficient de salaire ?

Plus le coefficient est élevé, plus l’ouvrier a de responsabilités et plus élevé sera son salaire. Mais à l’inverse, plus le coefficient est bas, plus l’ouvrier se limite à des tâches d’exécution et non de gestion.

Le coefficient de salaire débute toujours sur un indice de 100. C’est le point de départ pour calculer le salaire moyen d’un ouvrier du BTP, dont l’employeur n’en définit qu’une partie.

En effet, ce dernier doit respecter quelques principes obligatoires de base :

  • Le salaire doit être égal ou supérieur au SMIC, qui s’élève à 9,88 € en brut horaire.
  • La grille tarifaire de la convention collective nationale des ouvriers doit être respectée. Les accords de branches peuvent aussi conclure des conventions, auquel cas il faudra également en tenir compte.
  • Les salaires moyens ne comprennent pas les heures supplémentaires et les différentes indemnités (prime de panier-repas, frais de transport, etc.)

A lire : indemnités de repas BTP : Les montants 2020

Quel impact sur la rémunération de l’ouvrier ?

Comment calculer les salaires avec la grille de coefficient du bâtiment ? Le coefficient de salaire est un indice de rémunération avec une valeur du point qui permet d’effectuer le calcul du salaire de base de chaque ouvrier dans une entreprise.

Cette valeur du point est estimée chaque année et peut être négociée par les syndicats. Vous pouvez utiliser la formule suivante pour définir le montant des salaires : valeur du point x indice de rémunération.

Comme précisé plus haut, le résultat ne doit pas être inférieur au SMIC. En fonction de la montée en compétences d’un ouvrier ou de la négociation à la hausse de la valeur du point, son coefficient de salaire peut augmenter. Dans ce cas, il faut en informer son employeur pour que celui-ci prenne les mesures nécessaires pour créer un avenant au contrat initial.

Les 4 niveaux de qualification dans le bâtiment

Il est maintenant temps de passer à la grille de qualification BTP et aux 4 niveaux correspondants à chaque type d’ouvrier.

4 niveaux de qualification dans le bâtiment

Niveau I

Ce premier niveau de qualification en BTP est celui des ouvriers d’exécution. Il requiert peu de qualifications, puisqu’aucune formation ou spécialisation spécifique ne sont demandées.

Les ouvriers doivent simplement obéir aux consignes et aux ordres des ouvriers professionnels se plaçant au niveau supérieur dans la hiérarchie.

Le travail des ouvriers d’exécution est constamment contrôlé et vérifié. Le travailleur doit simplement savoir s’adapter aux différentes conditions de travail. Le niveau I se divise en 2 sous-catégories : 

  • Ouvriers N1P1 : coefficient 150, l’ouvrier doit simplement savoir exercer son métier et s’adapter à son environnement. Le niveau d’initiative peut être nul, et le salaire moyen brut mensuel est de 1 526,00 €. 
  • Ouvriers N1P2 : coefficient 170, l’ouvrier doit avoir de l’expérience en N1P1. Un certain niveau d’initiative existe, même s’il reste faible. Le salaire moyen brut s’élève à 1 548,00 € par mois.

Niveau II

Notre deuxième niveau de qualification est celui des ouvriers professionnels. Pour ce salarié N2, le coefficient de salaire est de 185.

L’ouvrier doit être qualifié et formé dans son domaine de spécialité, règles de sécurité incluses. Ils sont sous contrôle ponctuel de leurs supérieurs hiérarchiques et effectuent des travaux courants

Mais alors, quelle est la différence avec les ouvriers d’exécution ? Et bien, les ouvriers professionnels sont plus autonomes dans leur travail et font preuve de plus d’initiative concernant la façon dont ils accomplissent leurs tâches. Un ouvrier professionnel peut même être amené à prendre en charge certaines fonctions simples du chef de l’entreprise en cas d’absence.

À ce niveau, un salarié du bâtiment peut prétendre à un salaire moyen mensuel de 1 600,00 €.

Niveau III

Nous arrivons au troisième niveau de qualification des ouvriers du BTP, celui de compagnon professionnel. Cette grille se sépare en 2 sous-qualifications :

  • Employés N3P1 : coefficient 120, le compagnon maîtrise parfaitement la technique liée à son métier. Il est en charge du suivi et de la réalisation des chantier, et doit être capable de lire des plans et de créer des documents d’exécution concernant les tâches à réaliser. Il joue un rôle de guide, souvent entouré par les ouvriers de niveau I et II, et peut également assurer des fonctions simples à la place du chef d’entreprise si besoin. Le salaire brut moyen est de 1 779,50 €.
  • Employés N3P2 : coefficient 230, il s’agit ici de réaliser des travaux plus techniques et délicats, avec une force d’autonomie et d’initiative plus importante. Plus expérimenté, le compagnon N3P2 est professionnel et prend souvent en charge les nouveaux recrutés (apprentis ou employés) avec des missions de tutorat. La rémunération moyenne s’élève à 1 922,70 €.

Niveau IV

Nous voici arrivés au dernier niveau de la grille de qualification du BTP, le maître ouvrier ou chef d’équipe. Comme pour les niveaux I et III, il existe 2 subdivisions :

  • Salariés N4P1 : coefficient 250, ils sont en charge des travaux complexes qui demandent une haute technicité dans leur corps de métier. Ils doivent quotidiennement organiser les travaux et distribuer les tâches des ouvriers. Forces de proposition, les maîtres ou chefs sont capables de s’adapter rapidement et sont à jour sur les innovations liées à leur métier. À ce niveau, un ouvrier peut prétendre à 2 066,00 € par mois en moyenne.
  • Salariés N4P2 : coefficient 270, cette subdivision demande simplement plus d’expérience que pour le niveau N4P1. Les ouvriers à ce niveau possèdent la totale confiance de leurs supérieurs hiérarchiques. Ils sont très autonomes et sont capables de réaliser les tâches mêmes les plus complexes. Si des apprentis intègrent l’entreprise, ils pourront être chargés de les former. Souvent chef de chantier, un ouvrier à ce niveau doit posséder des compétences managériales et doit être capable de gérer et d’encadrer une équipe sur un chantier. La rémunération moyenne est de 2 209,30 €. 

Conclusion sur la grille de qualification des ouvriers du BTP

Les 4 niveaux de qualification des ouvriers du BTP permettent donc de définir un coefficient de salaire pour chaque ouvrier.

Ce coefficient, appliqué à une grille tarifaire, détermine ensuite la rémunération brute moyenne de l’ouvrier. Ainsi, plus le coefficient est élevé, plus le salaire sera élevé en proportion.

Par exemple, un ouvrier d’exécution touchera moins qu’un compagnon. En effet, ce dernier démontre un savoir-faire technique et managérial plus complexe et plus rare que des compétences exécutives simples. Il obtient donc une meilleure valorisation dans la hiérarchie.

Mais grâce à l’expérience et à la formation, un ouvrier peut tout à fait augmenter son coefficient et donc obtenir un salaire plus élevé. L’avantage, c’est que vous savez maintenant ce qu’il vous reste à faire pour accéder au niveau hiérarchique supérieur de qualification des ouvriers du BTP !

Simplifiez votre gestion d'entreprise avec Obat