Le 15 juin 2023
Article mis à jour le 10 janvier 2024
Création d'entreprise

Par Mathilde Fauconnier

Comment devenir auto-entrepreneur multiservice ?

Vous désirez exercer une activité multiservice ? Dans ce cas, le statut de micro-entrepreneur est particulièrement intéressant. Il offre une facilité de création, des avantages fiscaux et des obligations comptables allégées. Parfait pour la réalisation de petits travaux de bricolage et de jardinage ! Alors, quelles activités en multiservices ? Comment créer une auto-entreprise multiservice ? Quel tarif en multiservice auto-entrepreneur ? Nous répondons à toutes vos questions dans ce guide complet !

Qu’est-ce qu’un auto-entrepreneur multiservice ?

Définition générale

Un auto-entrepreneur multi-services, aussi connu sous la dénomination “d’homme toutes mains” ou “d’homme à tout faire”, réalise des prestations de services diverses comme des petits bricolages et du jardinage chez des particuliers.

Il exerce donc plusieurs activités liées ou complètement distinctes grâce à la souplesse du régime de micro-entreprise pour compléter ses revenus. Il est très courant de devenir auto-entrepreneur multiservice à côté d’une activité salariale pour augmenter son niveau de vie.

Activités autorisées et interdites

Il n’est pas possible d’exercer toutes les activités en micro-entreprise multiservice. Les activités autorisées concernent les petits bricolages occasionnels qui ne nécessitent pas de qualification particulière et qui peuvent être terminées en moins de 2 heures pour les Prestations de services à la personne (SAP).

Un auto-entrepreneur multiservice ne peut pas réaliser : 

  • les professions libérales réglementées (médecin, avocat, expert-comptable) ;
  • les activités de gros œuvre en bâtiment, de second œuvre et de finitions qui sont réservées aux professionnels du bâtiment qualifiés ;
  • les activités de déménagement, de débarras et d’enlèvements de matériel ;
  • les prestations de jardinage, la conception paysagère, la vente de plantes, de matériel, d’élagage ou les travaux de terrassement.

A lire également : Devenir auto-entrepreneur dans le bâtiment en 2024

Tarif horaire de l’auto-entrepreneur multiservice

Le taux horaire d’un auto-entrepreneur multi-services est librement fixé par le professionnel. Il varie selon le niveau d’expertise et le secteur géographique. Le tarif horaire moyen pour les petits travaux de bricolage se situe entre 20 € et 50 € de l’heure, auxquels s’ajoutent les éventuels frais de déplacement.

Pour choisir ses tarifs, l’entrepreneur multiservices fixe un taux horaire (prix facturé pour une heure de service) ou un tarif journalier moyen (prix facturé pour une journée de travail).

A lire également : Tarif horaire artisan : quels sont les prix moyens ?

Comment créer une micro-entreprise multiservice ?

Pourquoi l’auto-entreprise est le statut idéal

Travailler en auto-entreprise multiservice offre de nombreux avantages. Pour commencer, créer une micro-entreprise multi-services est très simple et rapide puisque tout se fait directement sur le site de l’Ursaff. La gestion comptable est également très souple, avec un niveau de cotisation adapté aux jeunes créateurs d’entreprise et une exonération de TVA.

Sans compter que vous ne payez aucune charge si vous ne faites pas de chiffre d’affaires puisque les cotisations se calculent sur le pourcentage de votre CA. Vous pouvez parfaitement cumuler plusieurs activités, par exemple travailler à temps plein ou à temps partiel selon votre temps disponible et vos envies.

Il est donc tout à fait possible de se lancer dans la prestation multi-services sans quitter son emploi salarié, et même de cumuler le chômage avec le statut d’auto-entrepreneur ! 

Démarches de création

Il est très simple d’ouvrir une entreprise multiservice puisque les démarches sont allégées et se font 100 % en ligne sur le site de l’Ursaff. Si votre activité multiservices est commerciale, par exemple la location de matériel, vous devez vous immatriculer au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS). Si votre activité est artisanale, par exemple des services de plomberie, alors il faut s’immatriculer au Répertoire des Métiers (RM). 

Pour vos démarches, vous aurez besoin : 

  • du formulaire P0 CMB Cerfa 15253-04 précisant l’activité principale et les activités secondaires ;
  • une déclaration sur l’honneur de non-condamnation ;
  • un justificatif de domicile ;

Attention : choisissez bien votre activité principale puisque c’est elle qui détermine votre CFE compétent et votre code APE en auto-entrepreneur multiservice.

Devenir auto-entrepreneur multiservice : les choses à savoir

Formation et qualifications

Vous n’avez pas besoin de diplôme spécifique pour exercer en micro-entrepreneur multiservice. En effet, les travaux de bricolage et de jardinage ne nécessitent aucune formation précise, hormis d’être un bon bricoleur !

Toutefois, devenir auto-entrepreneur multiservices sans diplôme ne signifie pas qu’il ne faut pas avoir de compétences ou de qualifications. Vous devez être polyvalent et connaître les bases du bricolage dans de nombreux domaines comme la plomberie ou l’électricité. Il faut également être patient et minutieux, et avoir un bon contact relationnel. Une faculté d’adaptation est un plus pour répondre aux demandes des clients. 

Assurances à souscrire

Un auto-entrepreneur multi-travaux ne doit pas souscrire d’assurances obligatoires, mais il reste responsable des dommages qu’il cause à autrui donc on conseille grandement de souscrire certaines garanties. L’activité d’auto-entrepreneur multiservice dans le bâtiment implique des risques ! Parmi les assurances recommandées, on retrouve : 

  • Une assurance responsabilité civile professionnelle (RC pro) : pour se prémunir de tout risque pouvant se produire dans le cadre des services à la personne. 
  • Une garantie décennale : dans le cadre de prestations artisanales touchant le secteur de la construction, une assurance décennale couvre les dégâts éventuels qui pourraient rendre l’habitation inhabitable. 
  • Une mutuelle de santé : pour la prise en charge en cas d’accident ou d’hospitalisation.
  • Une assurance prévoyance santé : pour recevoir des indemnités en cas d’invalidité temporaire ou permanente suite à un accident.

Plafonds de CA

Un auto-entrepreneur multiservice doit respecter des plafonds de chiffre d’affaires qui sont applicables à toutes les micro-entreprises. En cas de dépassement de ces seuils de CA annuel pendant 2 années consécutives, l’entreprise bascule sous le régime de l’entreprise individuelle. 

Dans le cadre d’une entreprise multiservices, c’est assez spécifique : 

  • En cas d’activités liées : si vous vendez un robinet (activité commerciale) et que vous l’installez (prestation de services), alors il faut identifier l’activité qui est supérieure à l’autre grâce au chiffre d’affaires annuel. Si l’activité de vente est supérieure ou égale à celle de prestation de services, il faut respecter un chiffre d’affaires maximal de 188 700 €, au sein duquel la prestation de services ne peut pas dépasser 77 700 €. Si c’est l’activité de prestation de service qui est la plus importante, alors le plafond à respecter est de 77 700€.
  • En cas d’activités distinctes : lorsque les activités distinctes relèvent du même seuil, c’est le même plafond de chiffre d’affaires qui s’applique pour toutes les activités. Pour deux activités libérales ou deux activités artisanales, le seuil de CA annuel sera de 77 700 €. Par contre, si ce sont des activités qui relèvent de catégories différentes, vous devez déterminer la principale activité, soit celle qui représente le plus de chiffre d’affaires. 

Cotisations et fiscalité

En micro-entreprise multiservice, voici les différentes charges à payer : 

  • L’impôt sur le revenu : le paiement des impôts sur le revenu se fait par prélèvement à la source et la moitié du chiffre d’affaires est alors considéré comme revenu imposable, ou bien via le versement fiscal libératoire où le montant de l’impôt est payé en même temps que les cotisations sociales.
  • Les cotisations sociales : le taux des cotisations sociales correspond à 22 % du montant du chiffre d’affaires. Il faut déclarer son CA chaque mois ou chaque trimestre à l’Ursaff et payer les cotisations en même temps. Vous pouvez demander l’ACRE (Aide à la Création ou à la Reprise d’une Entreprise) pour être exonéré de 50 % des charges et ne payer que 11 % du chiffre d’affaires pendant une durée de 12 mois.
  • Les cotisations diverses : La CFP (Contribution à la Formation Professionnelle), correspond à 0,3 % du chiffre d’affaires et permet de bénéficier des droits à la formation avec son compte CPF (Compte Personnel de Formation). La TFCC (Taxe pour Frais de Chambre Consulaire) est redevable dès la 2e année d’activité et correspond à 0,48 % du chiffre d’affaires. 
  • La CFE (Cotisation Foncière des Entreprises) : cet impôt communal est payé par toutes les entreprises. Le prestataire multiservice ne possède pas de local professionnel, donc la CFE se calculé sur une base minimale votée par la commune. Le montant varie de 200 à 600 € par an.

A retenir sur l’auto-entrepreneur multiservice

Devenir auto-entrepreneur multiservice permet de mettre à profit toutes vos compétences en bricolage et en jardinage pour réaliser de petits travaux chez des particuliers et compléter votre chômage ou votre salaire. Le statut d’auto-entreprise est souple et flexible, notamment avec des obligations et démarches allégées pour permettre à tout le monde de se lancer ! 

Simplifiez votre gestion d’entreprise du bâtiment.
Démarrer l’essai gratuit
Mathilde Fauconnier
Rédactrice web SEO, j’accompagne Obat depuis 3 ans dans la création de contenus en décryptant les spécificités de la gestion du bâtiment pour les artisans.

Qualitel : avantages et obtention de la qualification

L’habitat est bien souvent au cœur des préoccupations. C’est un des postes les plus importants pour les ménages, mais c’est...

Permis nacelle : tout savoir sur le CACES R 486

Pour certains chantiers, la conduite des PEMP, les Plateformes Elévatrices Mobiles de Personnes, est nécessaire. Vous devez donc disposer du...

Comment devenir cuisiniste en 2024 ? Tout savoir sur ce métier

Le rôle de cuisiniste s'inscrit dans l'industrie du bâtiment et des travaux publics (BTP) : il se situe à l'intersection...

Facture dématérialisée : les 3 formats à connaître

Dans le cadre de la réforme de la facturation électronique, le Portail Public de Facturation (PPF) acceptera 3 formats spécifiques...

Comment organiser son temps et ses contrats dans le bâtiment ?

Entre le travail sur le terrain, les tâches administratives et comptables, les appels téléphoniques et le démarchage commercial, les réunions...

7 étapes pour préparer efficacement un chantier du bâtiment

Vous devez organiser les travaux préparatoires d’un chantier, mais vous ne savez pas où commencer ? Préparer un chantier du...