Le 18 décembre 2022
Article mis à jour le 11 août 2023
Définition BTP

Par Mathilde Fauconnier

Qu’est-ce que le gros œuvre dans le bâtiment ? Définition

Les travaux dans le cadre d’un projet de construction et de rénovation se décomposent en deux parties : le second œuvre et le gros œuvre. Ce dernier concerne l’ensemble des éléments constitutifs de l’ossature d’un bâti. Alors, qu’est-ce que le gros œuvre ? Quels sont les travaux du bâtiment concernés et combien ça coûte ? Nous répondons à toutes vos questions !

Gros œuvre : définition

La définition du gros œuvre est simple : ce sont les travaux qui impactent et contribuent à l’ossature d’un bâtiment. Il s’agit en général de la première étape d’un projet de construction puisque les travaux de gros œuvre garantissent la solidité et la stabilité de l’ouvrage.

Parmi eux, on retrouve la construction de murs porteurs, de murs d’élévation, la pose de planchers, de charpente… Tout ce qui permet au bâtiment de résister aux forces et charges de la structure, mais aussi aux intempéries et autres évènements naturels. `

Tous les éléments liés aux travaux préparatoires de la structure (terrassement, fondations, assainissement, soubassement, etc.) et ceux qui jouent sur la fermeture et l’étanchéité de la construction sont également inclus dans le gros œuvre en BTP (portes, fenêtres, couverture, menuiseries extérieures, etc.).

Gros œuvre et second œuvre : quelle différence ?

Le second œuvre se distingue du gros œuvre puisqu’il fait uniquement référence aux aménagements intérieurs. Ces travaux ne participent pas à la stabilité et à la solidité du bâti. Le second œuvre se concentre sur la pose de cloisons, l’isolation thermique et acoustique, les équipements électriques et de plomberie, la décoration, les menuiseries intérieures, etc. Il est donc réalisé dans un second temps, une fois que les travaux de gros œuvre finalisés.

A lire également : Second œuvre dans le bâtiment : qu’est-ce que c’est ?

Les travaux de gros œuvre dans le bâtiment

Terrassement

Le terrassement prépare le terrain qui accueille la construction, avec pour objectif de modifier son relief, notamment élever ou abaisser le niveau du sol. Ici, les travaux de gros œuvre comprennent le piquetage, l’évacuation des eaux, le décapage et la création des accès ou encore les fouilles en tranchées.

Fondations

Les fondations fixent la future construction sur le terrain pour assurer sa stabilité et sa solidité. Après une étude de sol, un chantier de gros œuvre réalise des fondations superficielles (constructions légères comme les maisons individuelles), des fondations semi-profondes (pour une maison individuelle ou un agrandissement latéral) ou des fondations profondes (pour les futurs murs de soubassement).

Assainissement

Le gros œuvre en BTP comprend également l’assainissement : ces travaux permettent de collecter, stocker et épurer les eaux usées pour les évacuer ensuite dans la nature. Cela concerne les eaux ménagères ou grises (salle de bain et cuisine) et les eaux noires ou vannes (toilettes).

En fonction du zonage d’assainissement de la commune, on procède à un assainissement collectif ou un assainissement individuel. Il est également possible que l’installation d’une pompe de relevage soit nécessaire selon le niveau de la fosse par rapport à la maison.

Soubassement et dallage

Cette opération de gros œuvre en bâtiment consiste à poser sur les fondations la partie inférieure des murs. Le soubassement aide à maintenir l’ossature et à protéger la maison des remontées d’humidité. On distingue trois formes de soubassements : le hérisson, le vide-sanitaire et le sous-sol. Ensuite, selon le type de soubassement choisi, il faut le couvrir avec une dalle de béton en dallage sur terre-plein ou en dallage sur vide-sanitaire.

Élévation des murs

Les travaux de construction de gros œuvre permettent également de dresser des murs porteurs, colonne vertébrale du futur bâti puisqu’ils soutiennent les planchers et la charpente.  Parpaing, brique, pierre, béton cellulaire, bois, terre crue, paille : différents matériaux sont disponibles selon le budget du maître d’ouvrage et les performances thermiques et phoniques désirées.

Charpente et couverture

La charpente soutient la couverture et répartit les charges du bâtiment à la verticale. Elle est généralement composée de pièces de bois ou de métal. Il existe deux types de charpentes en gros œuvre : la charpente à fermettes (aussi appelée charpente industrielle) et la charpente traditionnelle. Les travaux de couverture permettent ensuite de garantir l’étanchéité du toit et l’isolation. 

Menuiseries extérieures

Le gros œuvre concerne également les menuiseries extérieures, soit toutes les portes et fenêtres qui donnent directement sur l’extérieur du bâtiment. Les volets sont également compris. Ces menuiseries sécurisent la construction, améliorent l’isolation thermique et phonique et apportent de la lumière.

Rénovations en gros œuvre

Il est également possible que des travaux de rénovation touchent au gros œuvre, ce qui implique un véritable savoir-faire pour ne pas toucher à la solidité globale de la structure. Ces chantiers de rénovation peuvent concerner :

  • le renforcement des fondations ;
  • la rénovation d’un plancher porteur ;
  • le remplacement des fenêtres ;
  • l’ouverture ou la suppression d’un mur porteur ;
  • la rénovation de la toiture ;
  • l’entretien ou le changement du système d’assainissement ;
  • un ravalement de façade.

Quel est le prix des travaux de gros œuvre ?

Le coût des travaux de gros œuvre dépend du type de prestation et la complexité de la tâche. Les travaux de construction ou de rénovation sont également chiffrés différemment. Le choix des matériaux utilisés joue aussi dans le budget final.

En moyenne, les travaux de gros œuvre en BTP représentent entre 50 et 70 % du prix final de la construction d’une maison. Cela représente un budget de 800 à 2 500 € par m². Pour vous donner une meilleure idée des prix applicables, voici les fourchettes de prix pour chaque type de travaux :

Étude de sol entre 1 000 et 2 500 €
Terrassemententre 30 et 60 € du m³
Fondationsentre 100 à 250 € du m³
Assainissement collectif entre 200 et 400 € par mètre linéaire
Assainissement non collectifentre 4 500 et 15 000 €
Soubassement et dallage entre 30 à 200 € par m³
Élévation des mursentre 60 à 200 € par m²
Charpente et couvertureentre 120 à 350 € par m²
Menuiseries extérieures entre 250 à 3 500 € par fenêtre ou porte-fenêtre
Renforcement des fondationsentre 500 à 1 000 € par mètre linéaire
Rénovation d’un plancher porteurentre 30 à 100 € par m²
Remplacement des fenêtresentre 250 à 3 500 € par fenêtre ou porte-fenêtre
Ouverture ou suppression d’un mur porteur entre 1 250 à 2 000 € pour l’étude structurelle
Rénovation charpenteentre 50 et 200 € par m²
Rénovation couvertureentre 30 et 150 € par m²
Ravalement de façadeentre 30 et 250 € par m².

Le gros œuvre représente donc une étape essentielle de tout chantier de construction : c’est cette première phase qui pose toutes les fondations et la structure du futur bâti. Elle est gage de sa solidité et de sa stabilité sur le long terme. Viennent ensuite les travaux de second œuvre pour finaliser la construction et installer les équipements, décorer, aménager, etc.

Simplifiez votre gestion d’entreprise du bâtiment.
Démarrer l’essai gratuit
Mathilde Fauconnier
Rédactrice web SEO, j’accompagne Obat depuis 3 ans dans la création de contenus en décryptant les spécificités de la gestion du bâtiment pour les artisans.

Qu’est-ce qu’un ERP ? Définition et fonctionnalités

Tenté par l’utilisation d’un ERP pour la gestion de vos chantiers ? En effet, les progiciels ERP se créent peu...

Prime de naissance BTP : Vos droits en 2024

Vous attendez l’arrivée d’un nouvel enfant dans votre foyer ? Si vous travaillez dans le secteur du bâtiment, vous avez...

Prime de départ en retraite Pro BTP : conditions et demande

Le départ à la retraite signe la fin d’une carrière. C’est un moment mémorable d’une vie qu’il convient d'anticiper. En...

9 étapes pour calculer ses prix de vente dans le bâtiment

Calculer son prix de vente lorsque l’on est artisan et professionnel dans le BTP n’est pas toujours facile. Il faut...

L’autoliquidation de TVA en sous-traitance BTP : comment ça marche ?

L’autoliquidation de TVA est un dispositif fiscal obligatoire pour des travaux de sous-traitance dans le BTP. Le bâtiment est en...

Pourquoi faire des photos du chantier ? 9 avantages

Avez-vous déjà entendu parler de la photo de chantier du bâtiment ? Maintenant, tous les téléphones sont capables de prendre...