Le 8 septembre 2023
Article mis à jour le 13 septembre 2023
Actualités du BTP

Par L'équipe de rédaction

L’éco-contribution dans le bâtiment : comprendre les enjeux et les obligations

Entrée en vigueur le 1er mai 2023, l’éco-contribution sert à financer la collecte et la valorisation des déchets du bâtiment. Dans cet article, nous explorons l’éco-participation, sa mise en œuvre, les parties prenantes impliquées, les matériaux concernés, son affichage sur les devis/factures et les CGV, les éco-organismes agréés, et son montant. En tant que professionnel du BTP, et comprendre et respecter cette mesure est essentiel dans le cadre de projets de construction respectueux de l’environnement. 

L’éco-contribution : un pilier de la gestion des déchets dans le bâtiment

L’éco-contribution, également appelée éco-participation, est une mesure centrale dans la gestion des déchets dans le secteur du bâtiment. Elle consiste en une contribution financière versée par les acteurs de l’industrie de la construction, tels que les fabricants, les distributeurs, les importateurs, et les artisans du bâtiment. 

Cette contribution vise à financer la collecte, le tri, le recyclage et la valorisation des déchets issus des produits de construction, de rénovation et de démolition, que l’on appelle communément les PMCB (Produits de Construction, de Rénovation et de Démolition).

Pour mieux comprendre le rôle de l’éco-contribution, voici quelques éléments-clés à garder en tête :

1. La responsabilité élargie du producteur (REP)

L’éco-contribution découle du concept de la Responsabilité Élargie du Producteur (REP). C’est-à-dire que les producteurs de biens sont tenus de prendre en charge la gestion des déchets de leurs produits en fin de vie, tout au long de leur cycle. Dans le secteur du bâtiment, cette responsabilité a été étendue à tous les acteurs de la chaîne de production, de la fabrication à la distribution, en passant par l’installation.

2. La gestion responsable des déchets de chantier

L’un des principaux objectifs de l’éco-contribution est de promouvoir une gestion responsable des déchets de chantier. Cela inclut la collecte sélective, le tri des matériaux, le recyclage des éléments réutilisables, et la valorisation énergétique ou matière des déchets restants. Cette approche vise à réduire l’impact environnemental du secteur de la construction en limitant la quantité de déchets destinés à l’élimination.

3. La contribution au développement durable

L’éco-contribution joue un rôle-clé dans le financement de ces initiatives de gestion des déchets. Les fonds ainsi collectés sont utilisés pour soutenir des programmes de collecte sélective, de recyclage, et de valorisation des matériaux de construction en fin de vie. En contribuant financièrement, les acteurs du bâtiment participent activement à la transition vers une économie circulaire et à la préservation des ressources naturelles. Des enjeux plus qu’actuels donc ! 

4. La transparence dans les devis et factures

La loi exige que l’éco-contribution soit clairement indiquée sur les devis, les factures et les conditions générales de vente (CGV) des professionnels du bâtiment. Cette transparence permet aux clients de savoir à quoi correspond cette contribution et comment elle est utilisée. Cela contribue à sensibiliser les consommateurs à l’importance de la gestion responsable des déchets de construction.

A lire également : Comment faire vos conditions générales de vente dans le BTP ?

Vous l’aurez compris, l’éco-contribution dans le bâtiment est bien plus qu’une simple contribution financière. Elle incarne un engagement en faveur de la gestion responsable des déchets de chantier, du recyclage, et de la préservation de l’environnement. Cette contribution est un pas essentiel vers un avenir où le secteur du bâtiment joue un rôle central dans la protection de notre planète.

Un contexte législatif : la Loi AGEC et la Responsabilité Élargie du Producteur (REP) dans le BTP

La loi AGEC de 2020

L’éco-contribution dans le bâtiment prend ses racines dans la loi Anti-Gaspillage pour une Économie Circulaire (AGEC), promulguée en 2020 en France.

Son objectif ? Transformer notre économie en la rendant plus durable et en réduisant le gaspillage. L’une de ses principaux leviers est la diminution de la production de déchets et la promotion active du recyclage.

La REP dans le bâtiment

Pour atteindre ces objectifs, la loi AGEC a introduit la Responsabilité Élargie du Producteur (REP) dans le secteur du bâtiment. Il s’agit d’un principe fondamental selon lequel les producteurs sont tenus de gérer les déchets générés par leurs produits en fin de vie, tout au long de leur cycle de vie.

Ce concept, qui a déjà fait ses preuves dans d’autres secteurs tels que l’électroménager ou l’automobile, a été élargi au domaine de la construction.

Dans le cadre de la REP bâtiment, divers acteurs sont concernés, dont les fabricants, les importateurs, les distributeurs, et même les artisans du bâtiment. Chacun a un rôle à jouer dans la gestion écologique des produits de construction et des déchets de chantier. 

L’éco-taxe ou taxe écologique

Outre ce contexte législatif déjà défini, il convient également de mentionner l’éco-taxe, également connue sous le nom de taxe écologique. Cette dernière es imposée sur certaines activités, produits ou comportements qui ont un impact environnemental négatif.

Son objectif principal est ainsi de dissuader ces activités nuisibles à l’environnement tout en générant des revenus pour financer des initiatives environnementales positives. 

L’éco-taxe dans le domaine de la construction et du BTP fonctionne sur un principe similaire à celui des éco-taxes en général, mais est spécificquement liée aux activités de construction et de rénovation.

A lire également : La gestion des déchets de chantier dans le BTP : tout savoir

La mise en application de l’éco-contribution dans le bâtiment

L’éco-contribution dans le bâtiment est entrée en vigueur le 1er mai 2023, conformément à la loi AGEC comme vu plus haut.

Cette date marque un tournant majeur dans le secteur de la construction en France, car depuis cette échéance, il est désormais obligatoire pour tous les acteurs de l’industrie de prendre en compte cette contribution verte dans leurs projets de construction, de rénovation ou de démolition.

Cette date de mise en œuvre était attendue depuis la promulgation de la loi AGEC en 2020. Elle a donné aux entreprises du bâtiment un délai pour se préparer à intégrer l’éco-contribution dans leurs pratiques et leurs coûts de manière efficace.

Désormais, il s’agit d’une composante essentielle de la planification budgétaire et de l’exécution des projets de construction, et elle a des répercussions significatives sur la façon dont les matériaux de construction sont sélectionnés et utilisés.

Règles et spécificités de l’éco-participation dans bâtiment

Qui est concerné par l’éco-contribution dans le bâtiment ? 

L’éco-contribution dans le bâtiment s’adresse à tous les acteurs du secteur, qu’ils soient artisans, constructeurs, entreprises de rénovation, architectes ou promoteurs immobiliers. En bref, toute personne physique ou morale participant à un projet de construction est concernée.

Cela inclut également les fabricants, les distributeurs, et les importateurs de produits de construction, car ils ont un rôle essentiel à jouer dans la gestion écologique des produits et des déchets de chantier.

A lire également : Le recyclage des déchets de chantier : pourquoi et comment ?

Quels types de matériaux sont impliqués ? 

Un vaste éventail de matériaux de construction est concerné par l’éco-contribution. Cette démarche environnementale englobe notamment des matériaux couramment utilisés tels que les briques, le béton, le métal, le bois, les plastiques, et bien plus encore. 

L’objectif est ici de stimuler la réduction de l’impact environnemental de ces matériaux en encourageant leur recyclage et leur valorisation. Pour mieux comprendre cette initiative, voici une liste des principaux types de matériaux inclus dans le champ de l’éco-contribution :

  • Briques
  • Béton
  • Métal (acier, aluminium,..)
  • Bois
  • Plastiques (polyéthylène, PVC,..)
  • Verre
  • Pierre
  • Isolation (laine de roche, laine de verre,…)
  • Revêtements de sol (carrelage, parquet,…)
  • Peintures et revêtements muraux
  • Tuyaux et canalisations
  • Équipements électriques et électroniques intégrés (interrupteurs, prises,…)
  • Équipements de plomberie
  • Matériaux composites
  • Matériaux d’isolation thermique
  • Produits d’étanchéité
  • Et bien d’autres…

Cette diversité de matériaux soumis à l’éco-contribution reflète l’ampleur de l’engagement en faveur de la durabilité et de la gestion responsable des déchets de chantier dans le secteur de la construction.

La mention de l’éco-contribution sur les devis, factures et CGV

Lorsque les professionnels du bâtiment établissent des devis et des factures, ils doivent obligatoirement inclure une mention spécifique concernant l’éco-contribution. Cette démarche vise à garantir la transparence et à permettre aux clients de comprendre clairement le montant de la contribution liée à leur projet. 

Cette mention doit être placée de manière visible et explicite afin de favoriser une meilleure compréhension des coûts associés à la gestion responsable des déchets de chantier.

Les éco-organismes agréés

La gestion de l’éco-contribution dans le bâtiment est confiée à des éco-organismes agréés par les autorités compétentes. Ces organismes  jouent un rôle-clé en collectant les contributions versées par les acteurs du secteur du bâtiment. Leur mission ne s’arrête d’ailleurs pas là : ils investissent également ces ressources dans des actions concrètes de recyclage et de valorisation des déchets. 

Parmi les éco-organismes agréés en France, l’on retrouve par exemple : 

  • Eco-DDS : dédié à la collecte et au traitement des déchets diffus spécifiques du bâtiment, tels que les peintures, solvants, colles,…
  • Ecomaison : spécialisé dans la collecte et le recyclage des meubles usagés, Ecomaison est également impliqué dans la gestion des déchets liés à l’ameublement dans le secteur du bâtiment,
  • Ecosystem : cet éco-organisme est principalement associé à la collecte et au recyclage des équipements électriques et électroniques. Il peut également être impliqué dans la gestion des déchets électroniques présents dans les bâtiments,
  • CITEO : bien qu’elle se concentre principalement sur les emballages, l’entreprise peut également être impliqué dans la gestion des déchets d’emballage générés dans les projets de construction,
  • Récylum : spécialisé dans la collecte et le recyclage des lampes usagées, l’éco-organisme Récylum peut intervenir dans la gestion des déchets d’éclairage dans les bâtiments,
  • Valdelia : cet éco-organisme se consacre à la collecte et au recyclage des meubles professionnels usagés et peut être impliqué dans la gestion des déchets de mobilier de bureau provenant de bâtiments commerciaux.

Grâce à leur expertise, ils contribuent à la mise en place d’une gestion écologique et durable des produits de construction. Cela permet de réduire l’impact environnemental du secteur du bâtiment et de favoriser une approche plus responsable.

Le montant de l’éco-participation : un barème précis

Le montant de l’éco-participation n’est pas fixe, car il varie en fonction du type de matériau et de la quantité utilisée dans un projet donné. Par exemple, pour des matériaux tels que le bois, le barème peut être de X euros par mètre carré, tandis que pour les métaux, il peut être de Y euros par tonne. 

Pour s’y retrouver, un barème des montants de l’éco-contribution est disponible sur l’ensemble des sites officiels avec une mise à jour régulière. Ce barème fournit des directives claires aux professionnels du bâtiment pour calculer précisément la contribution requise. Il est essentiel que ces coûts soient pris en compte dès le stade de l’élaboration des budgets de projets. 


Conclusion

L’éco-contribution vise donc à promouvoir la durabilité et la gestion responsable des déchets dans le secteur du bâtiment. Elle s’inscrit dans le cadre de la loi AGEC et concerne l’ensemble des acteurs du bâtiment. Comprendre les implications de l’éco-contribution, notamment en ce qui concerne les matériaux, les mentions sur les devis/factures, et les montants à prévoir, est essentiel pour garantir une transition réussie vers une construction plus respectueuse de l’environnement.

Simplifiez votre gestion d’entreprise du bâtiment.
Démarrer l’essai gratuit

Batimat 2022 : Tout savoir sur le salon du bâtiment

Batimat est, depuis 60 ans, le salon professionnel du bâtiment. Tous les deux ans, il permet aux professionnels de la...

L’autoliquidation de TVA en sous-traitance BTP : comment ça marche ?

L’autoliquidation de TVA est un dispositif fiscal obligatoire pour des travaux de sous-traitance dans le BTP. Le bâtiment est en...

Innovation du bâtiment : 9 technologies à connaître en 2024

S’il existe bien un secteur perméable aux nouvelles technologies et aux innovations, c’est le BTP. On y retrouve de multiples...

Matériel pour architecte : 10 outils pour réussir dans le métier

Vous intégrez une école d’architecture et vous vous demandez quel matériel d’architecte emporter avec vous ? Ou bien vous êtes...

Micro-entreprise et chômage | Cumul et droits en cas d’arrêt

Une période de chômage est particulièrement propice pour créer sa micro-entreprise. Vous avez enfin le temps et l’énergie de vous...

Comment choisir son éclairage de chantier ? Le guide complet

Vous êtes à la recherche d’un projecteur de chantier professionnel ? Il est nécessaire de disposer d’équipements appropriés pour éclairer...