Le 4 avril 2022
Article mis à jour le 13 septembre 2023
Définition BTP

Par L'équipe de rédaction

Le bureau de contrôle dans le bâtiment | Définition et missions

Les projets de construction sont souvent synonymes de travaux de grande ampleur qui nécessitent des contrôles rigoureux. C’est pourquoi la loi du 4 janvier 1978 a décidé d’encadrer les chantiers du bâtiment grâce au bureau de contrôle technique. Son rôle est de s’assurer de la bonne conformité de l’ouvrage et la prévention des risques. Alors, qu’est-ce qu’un bureau de contrôle dans le BTP ? Quelles sont ses missions exacte ? Son intervention est-elle systématique et obligatoire ? On fait le point dans cet article. 

Qu’est-ce qu’un bureau de contrôle dans le bâtiment ? 

Le bureau de contrôle est une entreprise de droit privé chargée de la prévention des risques techniques relatifs à la réalisation d’ouvrages dans le BTP. Dans les marchés privés comme publics, son rôle est d’assister le maître d’ouvrage, les maîtres d’œuvre, les constructeurs et les particuliers en réalisant un diagnostic technique durant le projet de construction.

Ces vérifications peuvent avoir lieu lors de la phase de conception, pendant les travaux, et même après leur achèvement. L’ensemble des contrôles est assuré par un contrôleur technique qui dispose d’un agrément ministériel pour assurer ses fonctions. 

Pour quels types de bâtiment est-il obligatoire ? 

Le Code de la construction et de l’habitation rend l’intervention du bureau de contrôle obligatoire pour certains bâtiments. C’est la loi Spinetta qui encadre cette obligation. Parmi les structures contraintes de faire appel à un bureau de contrôle, on retrouve : 

  • Les établissements qui reçoivent du public (ERP) : le contrôle technique bâtiment est obligatoire pour les établissements recevant plus de 300 personnes.  
  • Les ouvrages situés en zone sismique : dans les zones de sismicité les plus élevées, à savoir les zones 4 et 5, les immeubles dont le plancher bas est situé à plus de 8 mètres du sol sont concernés. 
  • Les éoliennes d’une hauteur supérieure ou égale à 12 mètres. 
  • Les bâtiments à usage industriel
  • Les ouvrages dont le dernier niveau se situe à plus de 28 mètres du niveau d’accès des engins de secours.
  • Les ouvrages contenant des configurations spécifiques en porte à faux ou aux fondations spéciales. 

En dehors de ces différents cas, le recours au bureau de contrôle n’est pas obligatoire dans le bâtiment. Cependant, certaines compagnies d’assurance exigent malgré tout l’intervention de cet organisme. C’est une façon de prendre moins de risques lors de la remise de la garantie. 

Enfin, si le maître d’ouvrage l’estime nécessaire (si la technicité du chantier est élevée par exemple), il peut choisir de faire appel à un bureau de contrôle BTP. Mais, il faut savoir que cela a un coût qui impacte forcément le prix total du projet de construction. 

A lire également : Assurance bâtiment : à quoi un artisan doit-il souscrire ?

mission bureau de controle

Les missions du bureau de contrôle technique BTP

Le contrôleur technique peut intervenir à n’importe quelle phase du projet de construction : avant les travaux, durant le chantier, et même après que l’ouvrage soit terminé. Il rédige des avis lors de : 

  • La conception : il établit le rapport initial de contrôle technique (RICT) qui reprend les avis après examen des documents de conception tels que les plans d’architecte ou les études thermiques par exemple. 
  • L’exécution : il vérifie la maîtrise des risques prévus par les différents acteurs. 
  • Vérifications finales : le contrôleur technique établit le rapport final de contrôle technique (RFCT) qui recense tous les avis établis durant le chantier et qui n’ont pas été levés à la réception. 

Les missions d’un bureau de contrôle dans le bâtiment sont donc diverses et sont définies par la norme NF P 03-100. Parmi elles, on trouve : 

  • La sismicité (mission PS) pour les constructions parasismiques  : le bureau CT s’assure du respect des normes.
  • Les nuisances sonores (mission PH) : le bureau de contrôle technique passe au peigne fin l’isolation du projet pour s’assurer de l’isolation acoustique. Pour cela, il étudie les nuisances sonores que l’ouvrage pourra provoquer au voisinage et vice versa. 
  • La performance énergétique (mission TH) qui sert à juger de la bonne isolation thermique de la future construction.
  • La sécurité incendie et des personnes (mission S) qui permet de vérifier les aménagements et les éléments d’équipement.
  • La solidité de l’ouvrage (mission L) et de l’ouvrage existant (mission LE) : le bureau de contrôle technique vérifie les fondations, la structure et tous les éléments du gros œuvre. Il assure ainsi la pérennité de l’ouvrage. 
  • L’accessibilité aux personnes handicapées (mission HAND) : cela concerne la vérification des accès, des rampes, de la conception, etc. pour s’assurer que l’ouvrage est accessible aux personnes en situation de handicap.

Les principaux bureaux de contrôle dans la construction

Aujourd’hui, le marché du bureau de contrôle dans le bâtiment est dominé par 6 grands groupes en France, à savoir :

  • Apave ;
  • Socotec ;
  • Dekra ;
  • Bureau Veritas ;
  • SGS ;
  • Qualiconsult.

Il existe également de nombreuses PME régionales qui essaient tant bien que mal de s’imposer et qui disposent de toutes les autorisations et accréditations nécessaires pour assurer les vérifications. Parmi elles, on peut citer Acritec, CTD, etc. 

A savoir que pour devenir contrôleur technique du bâtiment, il est souvent nécessaire de détenir un master en génie civil, par exemple. En effet, les connaissances techniques à posséder en matière de réglementation et de matériaux sont toujours plus nombreuses. 

Mais ce n’est pas tout : seules les entreprises titulaires d’un agrément ministériel peuvent exercer cette mission. Cet agrément est délivré par le Ministre de la construction, après avis de la commission d’agrément des contrôleurs techniques. Il est délivré pour une durée de 5 ans et est renouvelable dans les mêmes conditions.


Pas toujours bien vu, le bureau de contrôle dans le BTP a pourtant un rôle important qui garantit la qualité d’un chantier. En effet, de plus en plus d’assureurs font appel à ses services pour s’assurer que les travaux sont menés dans les règles de l’art, de la conception à la livraison. 

Simplifiez votre gestion d’entreprise du bâtiment.
Démarrer l’essai gratuit

Qualiforage : Avantages et obtention de la qualification

À l'image des autres labels Qualit’EnR, la certification Qualiforage s’adresse aux professionnels des installations géothermiques. Que vous réalisiez des forages...

CCAG dans les marchés de travaux publics : tout savoir

Si vous exercez dans le domaine du BTP, vous avez probablement croisé la route du terme CCAG : il est...

Comment devenir miroitier en 2024 ? Tout savoir sur ce métier

Le miroitier est un professionnel du verre spécialisé dans la découpe et l'installation du verre, conformément aux cadres spécifiés comme...

Qu’est-ce que le BPU (Bordereau des Prix Unitaires) ?

Dans l’univers des appels d'offres, le Bordereau des Prix Unitaires, ou BPU, est un document essentiel pour les entreprises visant...

Handibat : Avantages et obtention de la certification

La certification Handibat est devenue une référence incontournable dans le monde du BTP. Qu’il s’agisse d’aménager une maison pour particuliers...

Entreprise individuelle : définition et caractéristiques du statut

Le statut d’entreprise individuelle, ou EI, représente plus de la moitié des entreprises créées chaque année ! Depuis mai 2022,...