Sécurité chantier : quelles sont les règles à suivre ?

Le 11 décembre 2020 - Prévention et sécurité

Sur un chantier, les risques sont nombreux. Ils sont à la fois encourus par les travailleurs du BTP, mais aussi par les personnes non impliquées dans les travaux. Les accidents de travail peuvent être graves et avoir de lourdes conséquences. C’est pourquoi l’application de règles de sécurité sur un chantier est primordiale. C’est l’entreprise qui est en charge de mettre en place et de faire respecter ces mesures, mais les ouvriers ont également des devoirs en termes de sécurité.

Alors, comment assurer la sécurité des ouvriers sur un chantier ? Qui est responsable ? Quels sont les équipements de protection à déployer pour assurer cette prévention ? Faisons le point sur les règles de sécurité sur un chantier BTP.

Sécurité sur un chantier : pourquoi est-ce important ?

Lors d’un chantier, les ouvriers et travailleurs encourent des risques. En effet, les accidents de travail sont élevés notamment en raison du nombre important de travailleurs présents simultanément, de l’utilisation des engins de chantier et des machines, mais aussi du travail en altitude ou de la dénivellation du terrain.

Cependant, les risques ne se limitent pas seulement aux travailleurs. Des personnes étrangères et non impliquées sur le chantier peuvent également se retrouver sur les lieux et encourir des risques. La réglementation et les mesures de sécurité vont ainsi permettre d’empêcher l’irruption de ces personnes sur le chantier.

Enfin, les règles de sécurité sur un chantier bâtiment ont également pour but de prévenir les maladies diverses qui peuvent impacter les travailleurs du BTP. Ces maladies peuvent être liées à la pénibilité du travail, à la manipulation de certains matériaux dangereux ou encore à l’exposition directe au froid ou, a contrario, à la chaleur.

Mise en place des règles de sécurité

Le plan de prévention chantier

Un chantier implique souvent l’intervention d’un grand nombre de personnes et d’entreprises différentes. Le plan de prévention chantier a donc pour but de réduire les risques liés à la présence de plusieurs travailleurs.

Il s’agit d’un document qui sera réalisé suite à la visite du chantier de l’ensemble des entreprises devant intervenir. Il permet de formaliser les mesures de prévention nécessaires et applicables à l’ensemble des différents intervenants.

Le plan de prévention mentionne les noms et les coordonnées de chaque entreprise, les dates de début et de fin de travaux, ainsi que leur nature. Ce document sera ensuite utilisé tout au long des travaux, et archivé par chaque entreprise. Il est réalisé par le coordonnateur SPS.

Fiche de données de sécurité 

La fiche de données de sécurité, ou FDS, a pour principal but de limiter et prévenir les risques chimiques sur un chantier. Elle est obligatoire si des substances ou mélanges dangereux pour la santé ou l’environnement sont utilisés, et doit être remise aux salariés amenés à manipuler ces produits.

règles de sécurité sur les chantier de construction

Qui doit faire respecter la sécurité sur un chantier BTP ?

Les obligations de l’employeur

La grande partie des responsabilités pèsent tout d’abord sur les épaules de l’employeur. Ce dernier est en effet tenu d’une obligation de résultat en ce qui concerne la sécurité de ses employés.

Pour cela, l’employeur est obligé d’informer ses ouvriers, qu’ils soient en CDI, CDD, intérimaires ou encore stagiaires, sur les règles de sécurité applicables dans l’entreprise. Il peut mettre en place des formations en sécurité propres à l’activité de l’entreprise, et peut remettre un livret d’accueil aux nouveaux arrivants.

À lire : Qu’est-ce que le CDI de chantier ou d’opération ?

Il doit également mettre à disposition un document d’évaluation des risques professionnels. Mais ce n’est pas tout, puisque l’employeur doit également réaliser l’affichage des consignes de sécurité sur les différents sites de travail de l’entreprise.

L’employeur doit également mettre à disposition de ses ouvriers les équipements de protection et matériels nécessaires pour assurer leur entière sécurité. Pour cela, il doit procéder à une vérification continue de l’ensemble des installations et des machines, ainsi que de leur maintien aux normes.

L’employeur ne doit en aucun cas négliger les consignes de sécurité : il risque gros dans le cas contraire. Il peut d’ailleurs missionner et nommer un salarié responsable de la sécurité sur le chantier au quotidien. L’enjeu étant énorme, les grandes entreprises confient cette tâche délicate et capitale à un responsable HSE (Hygiène/Sécurité/ Environnement).

La responsabilité du salarié

Bien que ce soit l’employeur le premier responsable de la sécurité collective du chantier, les salariés ont également pleine responsabilité pénale en regard de leur sécurité et de celle de leurs collègues.

En effet, les ouvriers doivent respecter les différentes consignes de sécurité du chantier, si l’employeur a bien fait son devoir d’information et de formation. Ils doivent utiliser les équipements fournis par l’employeur sur leur chantier d’intervention.

Ils ont également pour devoir de signaler l’usure et l’obsolescence des divers équipements de sécurité. En cas de manquement au respect de ces consignes, le salarié est passible d’une faute disciplinaire, même s’il n’a pas entraîné d’accident. En cas d’accident, le salarié met en jeu sa responsabilité pénale pour mise en danger de sa personne et d’autrui.

La loi est d’ailleurs très claire à ce sujet. “Tout salarié a une obligation de sécurité pour lui et les autres”, article L.4122-12 du Code du Travail.

Le rôle du coordinateur Sécurité et Protection de la Santé (SPS)

Sur un chantier, à partir du moment où plusieurs entreprises sont amenées à intervenir en même temps ou successivement, un coordonnateur sécurité chantier doit être nommé.

Le but est de prévenir les risques et accidents en veillant au respect des règles de sécurité et des consignes. Le coordonnateur SPS va donc évaluer les risques professionnels bien avant le début du chantier afin d’élaborer des mesures. Il pourra ainsi mettre en place un plan de prévention et organiser les différentes interventions avec le maître d’œuvre.

équipements de sécurité sur chantier

Les équipements de sécurité sur un chantier de construction

En fonction du chantier, plusieurs types d’équipements de sécurité peuvent être nécessaires.

Vêtements et accessoires : les équipements de protection individuelle (EPI)

Pour assurer la sécurité physique des employés, l’employeur doit mettre à leur disposition des vêtements et accessoires appropriés. Parmi les équipements les plus courants, on distingue les:

  • Combinaisons de travail : elles doivent être résistantes à l’usure, aux déchirures et doivent être conformes aux obligations du marquage CE.
  • Casques de sécurité : ils doivent être en bon état et répondre aux normes Afnor NF EN 397 et à la certification CE.
  • Lunettes de protection : les accidents des yeux représentant 3 % des accidents du travail, le port des lunettes est primordial.
  • Gants adaptés à chaque type de risques : en effet, les mains sont les plus exposées aux dangers de coupures, perforations, allergies aux produits, etc.
  • Chaussures de sécurité : elles doivent être efficaces contre les chocs et les agents agressifs tels que le feu ou les produits chimiques.
  • Protections auditives : depuis 2006, l’employeur est responsable de l’exposition au bruit de ses salariés.
  • Masques de chantier : efficaces contre les aérosols, les particules solides, les vapeurs et les gaz nocifs.
  • Gilets de visualisation : ils doivent être conformes à la norme européenne EN 471 et doivent permettre la visibilité de chaque ouvrier sur le chantier.
  • Dispositifs anti-chute : tels que les cordes, enrouleurs, harnais, mousquetons, etc.

Matériels et objets : les équipements de protection collective (EPC)

Pour assurer la sécurité du chantier de construction, délimiter les zones stratégiques et les abords, le matériel adéquat doit être déployé. Il pourra s’agir de plots, de bandes de sécurité, ou encore de panneaux de signalisation.

Pour réduire les émissions, l’employeur doit fournir des capots, des caissons acoustiques ou des systèmes d’aspiration. Il doit également mettre à disposition des extincteurs, des filets de sécurité, des échafaudages et des garde-corps pour éliminer le danger. Enfin, pour abriter les personnes et le matériel, des tentes et des hangars doivent être disponibles.

Autres obligations liées à la sécurité des chantiers

Outre les équipements de protection individuelle et collective vus précédemment, l’employeur doit également veiller à :

  • la propreté du chantier ;
  • le roulement des équipes ;
  • l’aménagement des emplois du temps afin d’éviter aux employés de travailler aux heures les plus chaudes, ou les plus froides ; 
  • la mise en place d’une salle de pause ; 
  • la surveillance du chantier grâce à des dispositifs de sécurité électronique ;
  • l’installation d’une clôture autour du site. 

Vous l’aurez compris : les règles de sécurité sur un chantier de construction ou de travaux publics sont primordiales et tous les protagonistes doivent les respecter scrupuleusement. Depuis quelques années, on distingue d’ailleurs une nette diminution des accidents de travail malgré l’augmentation du nombre de salariés dans le secteur du BTP. La multiplication des règles et la politique de prévention des risques portent donc bien leurs fruits.