Serrurier métallier : salaire et formation en 2020 – Fiche métier

Le 20 septembre 2021 - Les métiers

Vous envisagez le métier de serrurier ? La serrurerie-métallerie consiste à travailler le métal afin de modeler et créer des ouvrages légers (encadrement de fenêtres, rampes, etc.) ou tout simplement des serrures, clés et gonds. En règle générale, le serrurier-métallier conçoit des pièces métalliques incorporées dans la composition de système de fermeture d’infrastructures diverses. La spécialité de serrurier-dépanneur permet également d’intervenir sur les serrures de sécurité. Alors, quelles études faire pour être serrurier ? Comment gagne-t-on dans ce corps de métier du BTP ? C’est avec plaisir que nous vous livrons notre fiche métier pour devenir serrurier et vous aider dans votre choix de carrière

Le métier de serrurier métallier

Le rôle d’un serrurier

Le serrurier-métallier doit tracer des formes puis découper du métal pour réaliser des ouvrages métalliques faisant partie des systèmes de fermeture classiques. Il peut aussi bien travailler avec des métaux ferreux, comme l’acier inoxydable, ou non ferreux, comme l’aluminium, le cuivre ou le laiton.

Cet artisan peut être amené à réaliser des infrastructures globales (charpente ou couverture), des escaliers et portes, ou encore protéger des habitations grâce à des serrures et blindages. Il participe également à améliorer l’accessibilité des bâtiments grâce à des aménagements spéciaux et à installer des protections solaires.

Grâce à son expertise isolante, il contribue à promouvoir les performances énergétiques des fenêtres, portes et toitures. Enfin, il peut être amené à réaliser des ouvrages utilitaires ou artistiques, toujours en métal.

Une autre branche de ce métier de serrurier consiste à installer, vendre et réparer des serrures de sécurité : c’est le serrurier-dépanneur. Il intervient essentiellement dans les foyers et les commerces.

Qualités et compétences

Pour espérer devenir artisan serrurier, les qualités et les compétences nécessaires sont pointues. Elles demandent de la précision et de la technicité. Il est donc recommandé d’avoir des prédispositions naturelles, ou bien de travailler les points suivants :

  • bonne technique du dessin et de la géométrie ;
  • sens de l’espace, visualisation en trois dimensions ;
  • bonne créativité ;
  • capacité de lire un plan ;
  • prise de mesures, d’aplomb et de niveau ;
  • compétences techniques pour le travail du métal ;
  • savoir-faire pour le montage de pièces mécaniques ;
  • bonnes connaissances en isolation phonique et étanchéité ;
  • précis, ingénieux et astucieux ;
  • respect des règles de sécurité (outillage dangereux) ;
  • résistant physiquement (travail possiblement en hauteur) ;
  • sens de l’organisation et de la méthode.

Avantages et inconvénients

Le métier de serrurier permet de travailler avec une matière première brute, le métal, pour en faire des créations complètes de ses propres mains. Il permet donc une grande créativité. Les journées ne se ressemblent pas, puisque le type de pièces peut grandement varier et l’artisan partage son temps entre les chantiers et l’atelier. Au contact des clients, il écoute leurs demandes et effectue des travaux personnalisés.

Concernant les inconvénients, le serrurier est souvent amené à évoluer dans un environnement bruyant et poussiéreux. Il ne faut pas avoir le vertige puisqu’il devra également régulièrement travailler en hauteur. Le travail peut aussi se révéler fatigant, car il faut être extrêmement concentré et souvent rester debout pendant plusieurs heures. Dans le cas du serrurier dépanneur installateur, il doit être capable d’effectuer un dépannage à toute heure du jour et de la nuit.

Quelle formation pour devenir serrurier ?

CAP serrurier-métallier

Le CAP est le minimum requis pour devenir serrurier-métallier. Il se prépare dès la 3e en 2 ans. Ce diplôme peut être obtenu en étant à l’école à temps plein, ou bien en apprentissage pour obtenir une première expérience professionnelle de terrain.

Le CAP formera autant l’étudiant aux compétences techniques de ferronnerie qu’à la lecture de plans et l’analyse des dessins. La formation se veut complète et formatrice, de sorte que l’élève peut directement rentrer dans la vie active après son CAP.

S’il souhaite continuer les études, une Mention Complémentaire (MC) d’un an peut être effectuée, spécialité MC Soudage. Pour trouver un centre de formation et en découvrir plus sur le CAP Serrurier, c’est ici.

Brevet professionnel, bac pro et BTS

Après le Bac, il est possible de poursuivre les études pour acquérir des diplômes davantage qualifiants que le CAP et apprendre des compétences managériales supplémentaires.

Généralement, il est conseillé de suivre la formation CAP ou une 2de professionnalisante avant de se lancer dans l’une des options scolaires suivante :

  • Brevet Professionnel Métallier : le BP s’effectue également en deux ans, généralement en alternance ou en apprentissage. Il permet de consolider les acquis et la technique apprise précédemment pendant le CAP. Sur le long terme, ce diplôme facilite la prise de poste en tant que chef d’équipe et l’ascension professionnelle.
  • Bac pro Technicien en chaudronnerie industrielle : les Bacs professionnels permettent de se spécialiser rapidement dans un corps de métier. Ici, il s’agit d’acquérir les compétences liées à la fabrication d’ensembles chaudronnés, de tôlerie, d’ossatures ou de tuyauteries. L’étudiant apprendra également à travailler avec des machines traditionnelles ou à commande numérique.
  • Bac pro Ouvrages du bâtiment, métallerie : ce Bac pro est un peu moins spécialisé que le précédent, et comprend l’apprentissage d’ouvrages de distribution et de protection, comme les fenêtres, portes, cloisons, garde-corps, etc. L’élève sera aussi en charge du processus de réalisation, qui comprend le respect des normes et des contraintes liées à l’entreprise. On arrive petit à petit à des postes avec plus de responsabilités.
  • BTS Architecture en métal, conception et réalisation (BTS AMCR) : l’élève de BTS possède toutes les compétences techniques, mais il peut également travailler dans un bureau d’études. Il réalise des devis et élabore des projets poussés avec cahier des charges, veille au respect des délais et sait manager une équipe et gérer un chantier. Il apprend également la gestion numérique via le BIM.
  • BTS Conception et réalisation en chaudronnerie industrielle (BTS CRCI) : l’étudiant va pouvoir acquérir les mêmes compétences que celles décrites dans le BTS précédent, avec simplement une spécialisation plus poussée dans le secteur de la chaudronnerie.
  • Formation serrurier-dépanneur : depuis juillet 2015, un serrurier de ville doit être titulaire d’une certification pour pouvoir exercer librement. Ce certificat est délivré par le RNCP, un organisme de formation reconnu nationalement. Retrouvez toutes les informations ici.

Quelles perspectives d’évolution ?

Quels sont les débouchés après une formation de serrurier ? Après ses études et une fois un diplôme en poche, plusieurs choix s’offrent à l’étudiant.

Tout d’abord, il peut devenir salarié pour une entreprise artisanale ou industrielle. L’avantage, c’est que les secteurs d’activité sont nombreux et souvent passionnants.

Par exemple, l’aéronautique, aérospatiale, construction navale ou ferroviaire, industrie chimique, nucléaire ou de production d’énergie, ou encore dans l’environnement et le développement durable.

En fonction de ses intérêts et de ses valeurs, chaque jeune serrurier peut trouver une entreprise qui lui plaît et lui convient. Ensuite, les années d’expérience professionnelle permettent de gravir petit à petit les échelons.

Si le salariat n’est pas envisagé, alors il est également possible d’être serrurier auto-entrepreneur et de monter sa propre entreprise ! Il suffit pour cela de développer des compétences annexes en comptabilité et en gestion.

A lire également : Devenir auto-entrepreneur dans le bâtiment : le guide

Reconversion : quelle formation de serrurier-métallier pour adulte ?

Les adultes peuvent aussi suivre des formations pour être serrurier ! Il est possible de passer par des organismes comme Pôle emploi ou l’AFPA pour bénéficier de formations qualifiantes et être subventionnée pour apprendre un nouveau métier. Contactez votre conseiller Pôle emploi pour trouver un centre de formation professionnelle près de chez vous, ou consultez la liste des formations de serrurerie.

Concernant l’Afpa, il s’agit d’un organisme de formation pour adultes qui facilite les reconversions. Éligibles au CPF (Compte Professionnel de Formation), les formations peuvent être totalement prises en charge, sans que vous n’ayez besoin de débourser un centime.

Cette certification qualifiante de serrurier peut être suivie en 8 mois, et donne droit à un diplôme reconnu par l’État. Il est donc possible en quelques mois de compenser jusqu’à 2 ans d’apprentissage classique !

salaire serrurier

Quel est le salaire moyen d’un serrurier ?

Salaire d’un apprenti

Un apprenti serrurier voit son salaire indexé sur un pourcentage du SMIC, en fonction de son âge et de son année d’étude (ou ancienneté dans l’entreprise).

Il y a également des salaires minimaux : 415,64 € pour les 16 et 17 ans, 661,95 € euros pour les 18 à 20 ans, 815,89 € pour les 21 à 25 ans, et enfin 1 539,42 € pour les plus de 26 ans. Les montants sont en net, car l’apprenti est exonéré de charges. Cela permet de garantir un revenu minimum pour le travail accompli en apprentissage.

Au niveau de la grille de salaire d’un apprenti serrurier-métallier, les pourcentages applicables sont :

  • Moins de 18 ans : 40 % en première année, 50 % en deuxième année puis 60 % en troisième année. Cela permet généralement un revenu entre 415,64 € et 847,68 € par mois.
  • Entre 18 et 20 ans : 50 % en première année, 60 % en deuxième année puis 70 % en troisième année. Le revenu moyen varie entre 661,95 € et 1 031,41 € mensuel.
  • Entre 21 et 25 ans : 55 % en première année, 65 % en deuxième année puis 80 % en troisième année. L’élève peut espérer un salaire compris entre 815,89 € et 1 200,74 € par mois.
  • Plus de 26 ans : l’apprenti touche la totalité du SMIC ou le salaire minimum de son secteur s’il celui-ci est plus important que le SMIC. Il devra dans ce cas payer des charges.

Salaire d’un salarié débutant

Le salaire d’un serrurier débutant, avec peu d’expérience, est en moyenne de 1 430 € brut mensuel, ce qui revient à 1 115 € net. Cette base de SMIC peut varier en fonction de la structure de l’entreprise.

Généralement, un serrurier débutant ne paie pas d’impôts et son taux applicable est de 0 %. Mais après la cinquième année professionnelle, il faudra également soustraire le prélèvement à la source sur chaque fiche de paie mensuelle.

Si les chantiers sont éloignés de son domicile, le serrurier peut bénéficier d’une prime de panier en complément de son salaire. La prime pour couvrir le coût de ces repas à l’extérieur lors de ces déplacements professionnels est en moyenne de 9 € journalier.

Les possibilités d’évolution de carrière sont nombreuses et le serrurier-métallier a de bonnes chances d’obtenir rapidement une augmentation.

Salaire d’un serrurier expérimenté

Combien gagne un serrurier expérimenté ? Après quelques années d’expérience (entre 5 et 10 ans), le serrurier-métallier peut prétendre à un salaire annuel net de 26 200 €, ce qui équivaut à environ 2 180 € par mois.

Afin d’obtenir une fiche de paie encore plus généreuse, le serrurier peut justifier d’un niveau de compétences supérieur et négocier un salaire plus élevé auprès de son employeur actuel (ou d’un futur employeur).

Les différents arguments qu’il peut avancer pour appuyer son propos et sa demande d’augmentation sont :

  • le nombre d’années d’expérience et d’ancienneté ;
  • les diplômes obtenus, surtout s’il s’agit d’un BTS ;
  • son savoir-faire et la maîtrise des nouvelles machines numériques ;
  • sa capacité de gestion de projet et de planification ;
  • une bonne maîtrise des matériaux utilisés, des outils et équipements ;
  • sa connaissance des règles de sécurité et de la réglementation ;
  • la maîtrise de l’anglais professionnel pour la gestion de chantiers à l’étranger.

Revenus et tarif horaire d’un serrurier auto entrepreneur

Le salaire d’un serrurier-métallier à son compte n’applique généralement pas un tarif horaire, mais plutôt un tarif à la prestation. Selon la demande et la technicité attendue, il effectuera un devis comprenant le coût des matériaux, le temps de travail et la tarification de son savoir-faire.

Généralement, les serruriers-métalliers se dirigent plus facilement vers le salariat. Les serruriers-dépanneurs, eux, choisissent régulièrement de monter leur propre entreprise pour plus de flexibilité. Il est important de noter qu’en fonction des régions, les tarifs peuvent augmenter du simple au double.

Par exemple, un serrurier-dépanneur à Paris facturera beaucoup plus cher qu’un serrurier en campagne : ils ne prennent souvent pas les mêmes marges sur leurs interventions. Les missions effectuées le week-end seront également facturées plus chères. Le salaire d’un serrurier à son compte peut donc varier entre 1 500 € et 3 000 € en moyenne.

Comment trouver un emploi de serrurier et des clients ?

Un serrurier-métallier peut travailler dans tellement d’industries que les possibilités sont multiples. Pour la recherche d’un emploi salarié, il est conseillé d’envoyer son CV et sa lettre de motivation dans les entreprises autour de chez soi.

Pour trouver des chantiers en auto-entrepreneur, nous conseillons le bouche-à-oreille pour faire parler de son activité. Voici quelques conseils supplémentaires pour développer votre clientèle facilement :

  • travaillez en coopération avec des architectes ou des agences immobilières ;
  • regardez les appels d’offres sur Internet ;
  • postulez pour obtenir le Label Qualité CAC Artisan de confiance ;
  • proposez vos services auprès de grandes entreprises ;
  • networkez et développez votre réseau ;
  • démarchez auprès de vos proches et des entreprises autour de chez vous.

Le métier de serrurier-métallier ou de serrurier-dépanneur-installateur représente donc une belle opportunité de carrière. Aussi technique que créatif, c’est un corps de métier du BTP avec de nombreuses perspectives de débouchés. Que ce soit dans la construction, l’agencement, la décoration, la menuiserie ou la ferronnerie, le serrurier est très demandé ! Les études sont accessibles et très formatrices, et il est possible d’exercer comme serrurier salarié ou bien comme serrurier indépendant. Nous espérons que cet article vous aura donné toutes les clés nécessaires pour bien vous orienter, et trouver une spécialité du bâtiment qui vous plaira !

Simplifiez votre gestion d’entreprise du bâtiment avec Obat
Découvrez les fonctionnalités du logiciel