Le 26 octobre 2023
Définition BTP

Par Mathilde Fauconnier

La révision de prix sur un marché du BTP : tout comprendre

Face à l’envolée des coûts des matériaux ces derniers mois, les entreprises du secteur du bâtiment sont mises à rude épreuve. Et ne pas ajuster ces augmentations sur les tarifs proposés à vos clients peut fortement affecter les bénéfices d’une entreprise. Pour les contrats privés et publics, il est possible de procéder à une révision de prix pour refléter ces augmentations de coûts. Indice de révision des prix, révision des prix en marchés publics, mécanismes révisionnels : découvrez notre guide complet !

Qu’est-ce que l’actualisation des prix et comment est-elle déterminée ?

Un mécanisme d’ajustement des prix

La révision de prix en BTP représente un mécanisme permettant d’ajuster les coûts selon les fluctuations économiques observées pendant la durée d’un marché, comme les variations des matières premières ou du coût du travail.

Le but est d’atténuer l’impact de l’inflation et de s’assurer que les entreprises ne soient pas pénalisées, évitant ainsi d’intégrer une marge de risque dans leurs offres de départ. Il est essentiel que ces modalités d’ajustement soient précisées dès l’instauration du contrat.

Les critères de ces ajustements se basent sur des indices officiels, régulièrement mis à jour par l’INSEE. Il est toutefois crucial de comprendre les termes Indice Définitif (ID) et Indice Provisoire (IP)

Les index BT et TP de la révision de prix

Des indicateurs nationaux

L’index BT (Bâtiment) et l’index TP (Travaux Publics) représentent donc des indicateurs nationaux qui suivent les variations des coûts dans le domaine du BTP. Ces indices sont établis et diffusés par l’INSEE (Institut National de la Statistique et des Études Économiques).

À savoir que l’INSEE, ayant généralement un décalage de 3 mois pour publier ses indices, utilise l’indice provisoire dans l’intervalle. Ces indices ont pour but de capter les mouvements de prix des matériaux et des matières premières utilisés dans le BTP, offrant ainsi des valeurs de référence pour ajuster les coûts de construction.

En reflétant fidèlement les variations des coûts, que ce soit à la hausse ou à la baisse, ils assurent une indexation appropriée.

Une base pour mettre à jour ses prix

Ces index jouent un rôle essentiel dans la mise à jour des coûts initialement fixés sur un devis, un contrat de travaux ou de services. La réévaluation s’effectue en fonction de l’évolution des indices depuis la date de fixation du prix initial jusqu’à la date choisie pour la mise à jour.

Ces mécanismes d’ajustement prennent en considération les changements dans les prix des matières premières et les dynamiques économiques. Concrètement, les index BT et TP sont utilisés pour la mise à jour et la révision des tarifs des contrats.

Quelle formule de révision de prix en BTP ?

L’actualisation est donc basée sur les conditions économiques d’une date antérieure de 3 mois par rapport au début des travaux. À titre d’exemple, en utilisant l’indice BT01, l’actualisation pourrait nécessiter cette formule de révision de prix : P = Po x [BT01(m-3)/BT01(m0)] où :

  • P = prix ajusté
  • Po = coût initial
  • BT01(m-3) = valeur de l’index BT01 trois mois avant le démarrage
  • BT01(m0) = valeur de l’index à la date de lancement.

Peut-on réviser des prix sans indices de référence ?

Bien que la formule basée sur l’index soit couramment employée, il existe des situations où aucun index ne correspond directement à la tâche réalisée. Si l’ouvrage en question n’a pas d’index approprié ou si l’index de référence ne contient pas l’indice relatif au matériel utilisé, le maître d’ouvrage peut opter pour une méthode paramétrique pour réviser ou actualiser le prix. Dans ce cas, il est essentiel de décomposer l’estimation globale de l’ouvrage en composantes de coûts plus simples, qui peuvent ensuite être associées à un indice existant.

Quand procéder à une actualisation de prix en BTP ?

La révision de prix en BTP vise à ajuster le prix suite à un intervalle entre le moment où le devis a été fait et le début des travaux. À la différence de la révision qui est récurrente, l’actualisation est unique. Elle est mise en œuvre uniquement si un écart de plus de 3 mois existe entre la fixation initiale du prix et le lancement effectif des travaux, matérialisé par l’ordre de service de commencement.

Les modalités d’actualisation doivent être clairement stipulées soit dans le CCAP (Cahier des Clauses Administratives Particulières) soit dans le CCAG (Cahier des Clauses Administratives Générales).

A lire également : CCAP travaux : le Cahier des Clauses pour les marchés publics

La clause de révision de prix en marché privé

Dans le secteur privé, la révision des prix bénéficie d’une latitude contractuelle considérable. Cependant, en ce qui concerne les marchés publics, des directives spécifiques sont dictées par l’État. Les prix peuvent être classés comme « fermes » ou « révisables », influençant ainsi les modalités subséquentes. Un prix ferme est envisageable dans les situations suivantes :

  • lorsque le marché concerne des prestations au tarif stable et anticipable ;
  • lorsque le marché est de courte durée, excluant ainsi toute évolution significative des prix pendant cette période.

Par rapport aux prix révisables, le Code de la commande publique (Article R2112-14) impose une clause de révision des prix si :

  • la durée d’exécution du marché excède 3 mois ;
  • le marché implique une grande quantité de fournitures, en particulier des matières premières ;
  • le coût du marché est directement impacté par les variations des taux internationaux.

Que le marché soit public ou privé, il est essentiel de scruter attentivement la clause relative à la révision des prix, car elle détaille la procédure à suivre. Le donneur d’ordre peut opter pour la méthode de révision provisoire basée sur les derniers indices (ou index) disponibles lors de la révision.

Il peut également décider d’attendre la publication des indices définitifs pour effectuer la révision. Étant donné que les index BT sont souvent diffusés avec un retard de 3 à 4 mois, une révision basée sur des indices provisoires peut être effectuée avant l’ajustement basé sur l’indice final.


Quand un devis est réalisé, le prix fixé n’est pas toujours le reflet du coût réel du projet dans le futur. Dans le monde du BTP, il est donc possible de procéder à une révision de prix post-devis pour maintenir votre rentabilité et ajuster vos tarifs en fonction du contexte économique. Un mécanisme très utile, à ne pas négliger !

Simplifiez votre gestion d’entreprise du bâtiment.
Démarrer l’essai gratuit
Mathilde Fauconnier
Rédactrice web SEO, j’accompagne Obat depuis 3 ans dans la création de contenus en décryptant les spécificités de la gestion du bâtiment pour les artisans.

Garantie de Parfait Achèvement | Définition et procédure

La garantie de parfait achèvement oblige un maître d’œuvre défaillant à réparer tous les désordres signalés par le maître de...

Arrêt de chantier par le client, quels recours pour l’artisan ?

Que faire en cas d’arrêt de chantier par le client ? Est-il possible pour votre client de résilier un devis...

Bonus de constructibilité : pourquoi et comment l’obtenir ?

Avez-vous déjà entendu parler du bonus de constructibilité ? La législation est en effet très stricte en ce qui concerne...

TVA collectée et déductible : définition et calcul

Il existe deux concepts clés dans le monde de la fiscalité d'entreprise : la TVA collectée et déductible. La Taxe...

Comment créer un site internet pour artisan du bâtiment ?

Vous cherchez des informations pour créer un site Internet d’artisan ? Vous êtes au bon endroit ! Que vous soyez...

Tout savoir sur la facture de solde ou finale après acompte

La facture de solde, ou finale, est un document commercial souvent méconnu, pourtant essentiel pour les entreprises. Ce document permet...