Le 26 mars 2024
Article mis à jour le 23 avril 2024
Les métiers du bâtiment

Par Mathilde Fauconnier

Comment devenir miroitier en 2024 ? Tout savoir sur ce métier

Le miroitier est un professionnel du verre spécialisé dans la découpe et l’installation du verre, conformément aux cadres spécifiés comme les baies vitrées ou les fenêtres à double vitrage. Il a également la possibilité de se spécialiser dans l’artisanat d’art, se consacrant à la création ou à la restauration de miroirs décoratifs. Alors, quelle formation pour devenir vitrier-miroitier ? Quel salaire et quelles opportunités d’emploi en vitrerie-miroiterie ? Découvrez notre fiche sur le métier de miroitier BTP ou un miroitier d’art.

Le métier de miroitier/miroitière

Missions

Le miroitier est un professionnel qui conçoit, fabrique et installe des éléments en verre, tout en s’occupant de créer ou de fournir les structures supportant ces éléments (comme des châssis de fenêtres).

Bien qu’il ne produise pas lui-même le verre, il s’approvisionne auprès de fabricants spécialisés. Dans son processus de création, le miroitier débute par la conception d’un plan détaillé pour dimensionner son projet.

Il procède ensuite à la découpe du verre en utilisant soit un outil diamanté, soit une machine à découpe à eau sous haute pression. Pour finir, il polit ou décore les bords du verre, selon les besoins spécifiques du projet (entre miroiterie du bâtiment et miroiterie d’art) :

  • En miroiterie du bâtiment, il crée et installe des éléments architecturaux comme des fenêtres, vérandas et vitrines en insérant le verre découpé dans des cadres ou châssis qu’il a préalablement fabriqués. Ces installations peuvent nécessiter l’utilisation d’équipements de levage et sont destinées à divers clients (promoteurs, chefs de chantier ou particuliers).
  • Le miroitier d’art, quant à lui, se concentre sur la création et la restauration d’œuvres uniques, travaillant le verre pour réaliser des miroirs personnalisés ou restaurer des pièces anciennes, parfois à l’aide de procédés chimiques complexes, ou en offrant son expertise pour des évaluations spécialisées.

Découvrez nos autres fiches sur les métiers du bâtiment

Qualités et compétences requises

Travaillant avec un matériau délicat, le miroitier est un artisan qui doit allier précision et minutie dans son travail. Il possède une excellente concentration et une habileté manuelle remarquable, s’appuyant également sur des compétences en menuiserie et maçonnerie.

Le miroitier opère de façon indépendante en atelier, mais collabore étroitement avec une équipe sur les chantiers, démontrant ainsi une forte aptitude à travailler collectivement. Il est capable d’interpréter des plans et des schémas et de mesurer des distances avec précision.

Dans le domaine de l’artisanat d’art, une créativité prononcée est essentielle, de même qu’un sens aigu de l’esthétique.

Avantages et inconvénients du métier

Les avantages du métier de miroitier incluent la possibilité de s’engager dans un métier passionnant lié à l’artisanat d’art, ainsi que l’accessibilité de postes dans le secteur du BTP même sans diplôme du baccalauréat.

En revanche, les inconvénients comprennent un niveau de salaire plutôt modeste, particulièrement aux premiers stades de la carrière, et des conditions de travail qui peuvent s’avérer difficiles, notamment en raison de postures inconfortables et de l’exposition à la poussière.

A lire également : 8 services de création d’auto-entreprise en ligne en 2024

Comment devenir miroitier ?

Les formations pour devenir miroitier

On peut débuter une carrière de miroitier dans le secteur du BTP sans avoir obtenu le baccalauréat. Cependant, pour se spécialiser dans l’artisanat d’art, des qualifications de niveau supérieur sont nécessaires. Voici les options d’études qui s’offrent à vous : 

  • Au niveau du CAP : CAP Menuisier aluminium-verre, qui peut être approfondi par un Brevet Professionnel (BP) en Menuiserie aluminium-verre.
  • Au niveau baccalauréat : Bac professionnel en Aménagement et finition du bâtiment, Bac professionnel en Menuiserie aluminium-verre, Bac professionnel en Artisanat et métiers d’art, spécialité verrerie scientifique et technique, Brevet des métiers d’art (BMA) Verrier décorateur.
  • Au niveau Bac+2 : BTS Enveloppe des bâtiments – conception et réalisation.
  • Au niveau Bac+3 : DN MADE (Diplôme National des Métiers d’Art et du Design).

La formation continue permet également aux actifs de développer de nouvelles aptitudes, de se spécialiser ou de progresser dans leur carrière. À cet égard, la FFPV propose spécifiquement des formations pour les acteurs du domaine.

Des qualifications comme le titre professionnel de poseur-installateur de menuiseries, fermetures et équipements ou celui de menuisier en aluminium sont aussi accessibles.

Les débouchés

Les miroitiers trouvent des opportunités d’emploi dans les deux types d’entreprises. En outre, les PME du domaine de la construction recrutent aussi des miroitiers, souvent pour des projets de courte durée. Les sociétés opérant dans le secteur du verre se classent généralement en deux catégories : 

  1. les transporteurs négociants, qui fabriquent des vitrages spécialisés comme le verre trempé ou isolant ;
  2. les entrepreneurs installateurs, qui se concentrent sur des réalisations plus conventionnelles comme les fenêtres, vérandas ou façades de boutiques. 

Quel est le salaire moyen d’un miroitier ?

En tant qu’employé

Au début de sa carrière, un miroitier gagne un salaire relativement bas, souvent équivalent au SMIC mensuel, ce qui ne reflète pas nécessairement la difficulté du métier. Avec l’expérience, le salaire d’un miroitier progresse pour se situer entre 2 000 € et 2 500 € par mois.

Il est important de souligner qu’un miroitier spécialisé dans l’artisanat d’art (et bénéficiant d’une bonne réputation) peut prétendre à des revenus nettement supérieurs, notamment s’il réalise de la miroiterie sur-mesure.

En tant qu’indépendant/gérant de société

Le salaire d’un miroitier indépendant peut varier considérablement en fonction de plusieurs facteurs : 

  • la localisation ;
  • l’expérience ;
  • la spécialisation (comme l’artisanat d’art par exemple) ;
  • la clientèle ;
  • la capacité de l’individu à gérer son entreprise efficacement. 

Les miroitiers indépendants ayant une bonne réputation, des avis clients positifs et une clientèle solide peuvent généralement gagner plus que ceux qui sont nouvellement établis ou moins connus dans le domaine de la construction en verre.

A lire également : Tarif horaire artisan : quels sont les prix moyens en 2024 ?

Les possibilités d’évolution

En raison des évolutions dans le domaine du BTP, le vitrier-miroitier a la capacité de s’orienter vers des professions connexes, comme la métallerie. Il a également l’option de se spécialiser en tant que coupeur, façonnier ou monteur-poseur, en maîtrisant divers matériaux pour créer des œuvres uniques.

Les opportunités d’emploi abondent au sein d’entreprises focalisées sur les produits verriers pour façades et cloisons (telles que fenêtres, vérandas et vitrines) et chez les fournisseurs de vitrages spécialisés pour la construction (verre trempé, feuilleté, isolant, etc.). 

En termes d’évolution professionnelle, après quelques années d’expérience, un artisan miroitier peut accéder au poste de responsable technique de chantier. Dans cette fonction, il supervise les travaux, calcule le coût d’un chantier, gère les commandes et les stocks. Sur des projets d’envergure, il dirige une ou plusieurs équipes de techniverriers. Il a aussi la possibilité de lancer sa propre entreprise.

Au-delà de la manipulation du verre, il peut se diversifier dans la construction d’ossatures métalliques, la fabrication de divers types de serrures, et l’installation de portes activées par digicode ou contrôlées à distance.


Nous espérons que cette fiche métier vous aura aidé à mieux comprendre le rôle d’un miroitier et tout ce qu’implique cette profession. C’est un corps de métier peu connu dans le BTP comme dans l’art, mais qui peut apporter beaucoup pour les passionnés d’artisanat pur !

Simplifiez votre gestion d’entreprise du bâtiment.
Démarrer l’essai gratuit
Mathilde Fauconnier
Rédactrice web SEO, j’accompagne Obat depuis 3 ans dans la création de contenus en décryptant les spécificités de la gestion du bâtiment pour les artisans.

Maison hors d’eau / hors d’air : qu’est-ce que ça veut dire ?

Tout projet de construction implique de nombreuses phases, comme le dépôt du permis de construire, la réalisation des plans ou...

Le Plan de Reprise d’Activité (PRA) : définition et étapes

Connaissez-vous le Plan de Reprise d’Activité ? Entre les pannes, les incendies, les inondations, les virus informatiques ou les épidémies,...

Batimat : Tout savoir sur le salon du bâtiment

Batimat est, depuis 60 ans, le salon professionnel du bâtiment. Tous les deux ans, il permet aux professionnels de la...

Le déboursé sec : définition et calcul des marges dans le BTP

En tant que professionnel du bâtiment, chiffrer ses chantiers peut être un processus délicat. Il n'est pas toujours simple de...

Comment tenir son livre de recettes en auto-entreprise ?

Malgré un allégement des obligations comptables, le micro-entrepreneur doit tout de même se conformer à certaines règles en matière de...

Le nettoyage après travaux : conseils et étapes pour le réussir

Le nettoyage de fin de chantier fait partie intégrante du travail d’une entreprise de BTP. La construction doit être prête...