Le 22 janvier 2022
Article mis à jour le 11 août 2023
Développement Durable

Par Mathilde Fauconnier

Maison positive : qu’est-ce que c’est ?

Connaissez-vous le concept de maison positive ? En France, le logement résidentiel tertiaire représente près de 44 % de la consommation énergétique. Plus qu’un besoin, c’est une urgence de trouver une solution pérenne et efficace pour diminuer cette consommation d’énergie. Depuis la RT 2012, on observe une généralisation des maisons à énergie positive dans la construction neuve avec des bâtiments à basse consommation (BBC).

Vous envisagez la construction d’une maison dans les années qui viennent ou vous avez envie de vivre dans un habitat moins énergivore ? Vous êtes constructeur et recherchez des informations sur la maison positive ? Nous vous expliquons tout dans cet article !

Maison à énergie positive : définition

Qu’est-ce qu’une maison positive, aussi appelée maison active ? Le concept est relativement simple : c’est une maison parfaitement autonome énergétiquement puisqu’elle produit ce qu’elle consomme. L’idée de maison bioclimatique à énergie positive est née dans les années 1970.

Pour rendre le bâtiment indépendant, il est équipé de manière à ce qu’aucune source d’énergie extérieure ne soit nécessaire. La maison à énergie positive est donc une habitation économe en énergie et certifiée par le label BEPOS.

Grâce à une isolation thermique efficace et un équipement de chauffage passif et écologique, il est possible d’augmenter considérablement les performances énergétiques de la maison positive. Les solutions mises en place peuvent être actives ou bien utiliser des énergies renouvelables comme le bois ou l’énergie solaire. 

A lire également : Chauffe-eau solaire : prix, avantages et fonctionnement

Comment fonctionne une maison active ?

Vous l’aurez compris avec la définition de la maison positive : elle doit produire l’énergie propre dont elle a besoin pour fonctionner. Ainsi, tous les besoins quotidiens énergétiques du foyer doivent être assouvis par des installations écologiques. Voici les principaux prérequis pour assurer le bon fonctionnement de sa maison à énergie positive :

  • l’isolation thermique doit être irréprochable afin de réduire au maximum les pertes énergétiques ;
  • la maison doit être placée de manière stratégique, avec des panneaux photovoltaïques plein sud ;
  • tout ce qui relève de la ventilation, du chauffage ou de l’eau chaude sanitaire doit être optimisé pour une création énergétique suffisante ;
  • le chauffe-eau doit être alimenté par de l’énergie propre ;
  • l’éclairage à l’extérieur du bâti provient d’une source d’énergie naturelle ;
  • l’ajout d’un système de récolte d’eau est un vrai plus.

La maison positive se veut donc comme un mix entre un lieu de résidence confortable et un bâtiment stratégiquement conçu pour des performances énergétiques optimales.

Système de pompe à chaleur, énergie thermodynamique et basse consommation des équipements du bâti, sont autant d’éléments sur lesquels reposent ce type d’habitation. Une bonne production solaire et des appareils électriques choisis pour faire un maximum d’économies sont également indispensables.

Quels travaux pour optimiser l’énergie d’une maison ?

Transformer son ancienne maison en maison positive peut être complexe puisqu’il faut trouver l’équilibre entre création et consommation d’énergie. Toutefois, il existe de nombreux types de travaux qui permettent de s’approcher de l’harmonie énergétique efficacement :

  • des travaux d’isolation sur l’enveloppe du logement ;
  • le changement des matériaux anciens, notamment sur les portes et fenêtres ;
  • le changement des anciens équipements pour des installations plus efficaces et saines ;
  • la transition vers des énergies renouvelables avec des équipements écologiques et respectueux de l’environnement (panneaux photovoltaïques, sondes géothermiques verticales, pompe à chaleur sur nappe, aérogénérateur, etc.) ;
  • la production autonome de courant.

Tous ces dispositifs remplissent un intérêt commun : faire en sorte que la maison positive soit énergétiquement indépendante. Sachez que vous pouvez bénéficier d’aides financières pour réaliser vos travaux énergétiques, comme la prime CEE.

A lire également : Isolation Biosourcée | Explication et Avantages

maison à énergie positive

Les seuils de consommation énergétique

Pour répondre aux critères de la maison BEPOS, il faut commencer par construire une maison compacte et orientée vers le sud (si possible) afin d’engranger un maximum d’énergie solaire. La RT 2020 est la réglementation thermique applicable à toutes les constructions neuves à partir de fin 2020.

Les seuils énergétiques à respecter pour une maison positive sont les suivants :

  • Un besoin en chauffage inférieur à 15kWh/m² par an : le chauffage doit être effectué grâce à les apports externes et internes.
  • Une étanchéité à l’air de 0.16 m3 / h.m² : la maison positive est donc 4 fois plus étanche qu’une maison BBC ou RT 2012.
  • Une consommation d’énergie finale totale de 120kWh/m² par an : cela comprend l’eau chaude, la ventilation, l’électroménager, etc. De plus, un facteur de 2,58 est appliqué pour l’électricité avec une consommation limitée à 46.5kWh/m² par an en énergie réelle consommée.
  • Une couverture du résiduel de consommation totale par une production d’énergie : on utilise souvent le photovoltaïque pour couvrir la consommation de la maison positive par une production d’énergie. 

A lire également : Chauffage écologique : les meilleures solutions en 2022

Avantages et inconvénients de la maison positive

Les avantages

Les avantages d’une maison positive sont nombreux, et pas seulement pour la planète ! En plus d’être respectueuse de l’environnement, une construction de maison à énergie positive permet de :

  • Diminuer sa facture énergétique : il est possible de devenir producteur de sa propre énergie pour réduire ses dépenses.
  • Réduire son impact environnemental : dans le cadre de la transition énergétique française, c’est une manière efficace d’apporter sa pierre à l’édifice.
  • Devenir indépendant : vous ne dépendez plus des réseaux d’électricité extérieurs et de la fluctuation des prix.
  • Faire des bénéfices : si votre maison positive produit plus d’énergie que vous n’en consommez, cette énergie peut être revendue aux fournisseurs via le réseau électrique.
  • Améliorer le confort de son habitat : l’intérieur est confortable et sain, avec des apports de lumière optimisés, une bonne ventilation, une température adéquate en toute saison, etc.
  • Profiter d’un atout à la revente : il est beaucoup plus facile de revendre une maison à énergie positive et cet avantage permet de justifier des prix plus élevés à la revente que pour une maison standard.
  • Bénéficier d’aides de l’État pour financer les travaux : il existe des aides publiques comme la loi Pope de 2005 ou les Certificats d’Économies d’Énergies (CEE). 

Les inconvénients

Même si les avantages sont bien plus importants que les inconvénients d’une maison à énergie positive, il existe quelques points négatifs autour de ce type d’éco-construction. Les voici pour que vous ayez toutes les cartes en main avant de vous décider :

  • Un manque de constructeurs qualifiés : il existe une offre assez limitée concernant les artisans du BTP capables d’effectuer les travaux relatifs à une maison positive de A à Z. En effet, cela exige une pluralité de compétences qui sont encore assez rares.
  • Un besoin de beau temps : pour que l’énergie solaire vous permette de couvrir vos besoins, il vous faut vivre dans une région relativement ensoleillée.
  • Des matériaux à haut rendement : pour vous assurer un courant continu et une production d’énergie fiable et qualitative, vous devez absolument miser sur des matériaux à haut rendement, qui ont évidemment un coût. 
  • Une transformation complexe : il est beaucoup plus difficile de transformer un ancien habitat que de construire une maison positive depuis une base neutre. L’achat et la construction restent les deux manières les plus simples de profiter des avantages de ce type de logement.

Prix d’une maison positive

Coût moyen

Quel est le prix d’une maison positive ? Que ce soit dans le neuf ou l’ancien, le coût des travaux est assez important. Dans un habitat déjà construit et ne répondant pas encore au label BEPOS, les travaux d’amélioration exigent de nombreuses modifications :

  • remplacement de toutes les ouvertures qui ne sont pas dotées d’une isolation thermique renforcée ;
  • suppression de tous les ponts thermiques ;
  • isolation des murs (extérieurs et intérieurs), des cloisons, des planchers, du toit et des combles perdus ;
  • installation de moyens de production ou de captage d’énergie,
  • etc.

Dans le neuf, il faut intégrer ces mêmes éléments dans le coût de construction d’une maison positive. En moyenne, il faut compter entre 1300 €/m² et 3000 €/m². Le coût total varie selon le constructeur et la configuration de la maison (une maison à étage coûte plus cher au m² qu’une maison de plain-pied).

Rentabilité

Le coût de départ d’un bâtiment à énergie positive peut souvent freiner de prime abord. Pourtant, les économies d’énergie futures réalisées permettent de contrebalancer les dépenses engagées dans les travaux. C’est donc un investissement sur le long terme qui se révèle très intéressant après quelques années.

De plus, si vous avez une production d’énergie excédentaire, il est possible de la revendre pour bénéficier d’apports financiers compensant de nouveau les frais de construction. La rentabilité est donc intéressante à la fois pour ses habitants et pour l’environnement !


Même s’il reste possible de parvenir à l’autoconsommation sur la base de votre ancien domicile, construire une maison positive neuve reste la manière la plus efficace d’obtenir un habitat 100 % autonome énergétiquement. C’est une excellente manière de faire des économies tout en protégeant la planète.

Simplifiez votre gestion d’entreprise du bâtiment.
Démarrer l’essai gratuit
Mathilde Fauconnier
Rédactrice web SEO, j’accompagne Obat depuis 3 ans dans la création de contenus en décryptant les spécificités de la gestion du bâtiment pour les artisans.

Les 6 meilleurs logiciels pour paysagiste gratuits en 2024

Vous avez envie de vous lancer dans l'aménagement de jardin en tant qu'amateur ou professionnel ? Pour commencer, il existe...

Comment utiliser l’affacturage dans le BTP ?

C’est un fait. En France, 2 entreprises sur 5 ont déjà dû renoncer à un chantier à cause d’un manque...

Aides Pôle Emploi à la création d’entreprise : le guide en 2024

Pour accompagner tous les créateurs d’entreprise, l'organisme Pôle Emploi propose des aides dédiées aux porteurs de projet. Grâce à un...

Formation CACES R 489, ex-R 389 : quels prix et avantages ?

Travailler sur un chantier implique l’utilisation d’engins imposants, et parfois dangereux. Pour la sécurité de tous, la CNAM a donc...

12 aides financières pour un auto-entrepreneur en 2024

Vous êtes récemment devenu auto-entrepreneur ou avez un projet de reprise ou de création d’auto-entreprise ? Gérer une micro-entreprise demande...

Comment bien choisir son chauffage de chantier ? Le guide

Vous êtes artisan et vous cherchez un chauffage de chantier pour accélérer le séchage de finitions, faire une mise hors...