Le 8 avril 2022
Article mis à jour le 11 août 2023
Définition BTP

Par Mathilde Fauconnier

Puits canadien : avantages et inconvénients

Vous êtes un artisan du bâtiment ou un particulier en train de construire une maison, et vous songez à installer un puits canadien ? D’abord couramment installé en Provence dans les années 80, ce système géothermique intéresse de plus en plus de professionnels et de particuliers. Dans cet article, découvrez comment fonctionne un puits canadien, les divers éléments qui le composent ainsi que ses avantages et inconvénients.

Qu’est-ce qu’un puits canadien ?

Définition

La définition du puits canadien est simple : il s’agit d’un dispositif écologique qui renouvelle l’air de manière naturelle pour faire des économies non négligeables en diminuant ses besoins de chauffage, de rafraîchissement et de ventilation.

Aussi connue sous le nom de puits provençal ou de puits climatique, cette forme de géothermie apporte une réelle qualité de l’air dans l’habitation.

Fonctionnement

Le fonctionnement d’un puits canadien est le suivant : ce système utilise l’air frais extérieur, puis la refroidit ou la réchauffe en se basant sur la température du sol à l’intérieur. Ainsi, au cours de la circulation de l’air, cette dernière échange ses calories ou frigories avec la terre.

En hiver, l’air extérieur est naturellement réchauffé par le sol, tandis qu’en été, le dispositif diffuse de l’air naturellement refroidi par la fraîcheur du sol.

De quoi se compose-t-il ?

Un puits canadien hydraulique se compose de divers éléments :

  • La borne de prise d’air : cette partie est équipée d’une grille et d’un filtre pour capturer l’air extérieur. Elle permet de l’assainir, puis de l’envoyer dans l’habitation.
  • Les conduits : ils sont enterrés en extérieur (en général à 1 ou 2 mètres de profondeur et en pente supérieure à 2 %). Les conduits permettent à l’air de circuler sans former de condensats, ce qui évite l’humidité et les moisissures.
  • Le by-pass : le by-pass optimise l’usage du puits canadien en faisant basculer le système vers le chaud ou le froid en fonction des saisons.
  • La ventilation : l’installation d’une VMC double flux (ou à défaut d’un système de ventilation à simple flux) est largement recommandée afin de maximiser le débit d’air diffusé dans le logement. Il est possible d’utiliser un ventilateur pour forcer le flux en cas de besoin.
  • Un regard de visite : enfin, ce dernier élément vous permet d’inspecter votre installation plus facilement le cas échéant.

A lire également : Chauffage écologique : les meilleures solutions en 2022

Les avantages du puits canadien

Un dispositif peu énergivore

Le puits canadien permet de réaliser des économies d’énergie non négligeables sur le long terme, d’une grande efficacité pour répondre aux besoins du foyer en termes de chauffage, de climatisation et de ventilation.

Avec une consommation électrique de seulement 100 watts (ce qu’il faut pour capter les calories et frigories), le puits canadien est capable d’en restituer 2 000 en 1 heure ! Son coût sera donc largement compensé après quelques années par la diminution des factures d’électricité. 

Un air pur et de qualité

Le puits canadien offre aussi un air de meilleure qualité. Il assainit l’atmosphère dans le logement dans la mesure où l’air est constamment renouvelé, tout en étant 100 % naturel.

L’énergie provient directement de la Terre, ce qui signifie qu’elle n’est pas transformée, mais seulement récupérée. Chaque pièce reçoit de l’air pur et non asséché, sans humidité grâce au système condensat.

Un système écologique et durable

Investir dans un puits canadien permet également de préserver l’environnement. Ce dispositif géothermique n’est pas polluant et ne rejette aucun gaz à effet de serre dans la nature.

Grâce à sa très faible consommation en électricité, l’usager bénéficie d’une source de chaleur ou de fraîcheur inépuisable et totalement gratuite. Il est aussi tout à fait possible de coupler un puits canadien avec une pompe à chaleur ou des panneaux solaires photovoltaïques.

A lire également : Isolation Biosourcée | Explication et Avantages

Un rendement optimal

Enfin, installer un puits canadien permettrait d’économiser entre 20 et 60 % d’énergie en fonction du niveau d’isolation du logement. L’investissement serait donc rapidement amorti, en moyenne après 2 ans d’utilisation seulement.

Ce système procure un grand confort et son entretien est simple : il faut simplement changer le filtre 3 fois par an (en moyenne) et de nettoyer son réseau tous les 5 ans environ.

Les inconvénients

Il convient également de connaître les inconvénients du puits canadien avant de prendre sa décision. En effet, le dispositif ne présente pas que des avantages :

  • Un prix élevé : même si le système est économique à l’usage, l’installation d’un puits canadien coûte cher et nécessite des travaux importants. C’est la raison pour laquelle il est conseillé de prévoir ce dispositif lors de la construction de la maison, pour une mise en place plus pratique. 
  • Un accès et un entretien difficiles : avec la position des gaines extérieures à environ 2 mètres de profondeur, l’accès est plutôt complexe. Même avec la grille et le filtre, des feuilles mortes, insectes et rongeurs peuvent pénétrer dans la tuyauterie.
  • Un savoir-faire obligatoire : son installation ne peut être confiée à n’importe qui. Seul un professionnel qualifié, compétent et expérimenté peut travailler en pente douce. En cas de travaux bâclés, vous risquez une humidité stagnante, une dégradation prématurée des tuyaux ou encore des émanations de gaz radon.
  • Une planification nécessaire : puisqu’il faut normalement poser une ventilation à double flux, le système ne se rajoute pas à loisir et il faut planifier sa mise en place.
  • Non éligible au crédit d’impôt : le puits canadien ne fait pas partie des dispositifs éligibles au crédit d’impôt.

A lire également : Chauffe-eau solaire : prix, avantages et fonctionnement

Quel est le coût d’un puits canadien ?

Les facteurs de prix

Le prix d’un puits canadien dépend de nombreux facteurs, comme

  • l’étude du terrain ;
  • la faisabilité du projet ;
  • le niveau d’équipements ;
  • la qualité des matériaux utilisés ;
  • la performance thermique du bâtiment optimisé ;
  • la surface habitable de votre logement ;
  • les travaux de terrassement nécessaires à l’installation ;
  • les contraintes techniques ;
  • le coût de la main d’œuvre.

Le coût moyen d’un puits canadien

En moyenne, le coût d’un puits canadien est de 7 000 € TTC. Ce tarif peut atteindre 10 000 € pour la mise en place d’un puits canadien avec une double ventilation. En sachant qu’à ce prix, vous disposez alors d’un matériel de haute qualité, réglementaire et sans risque sanitaire.

Le chantier d’installation dure entre 3 jours et 1 mois selon l’ampleur des travaux. Toutefois, le principe de puits canadien ne cesse de se développer en France, et les artisans montent en compétence sur ce dispositif. Ainsi, les prix deviennent plus attractifs au fil du temps.


Le puits canadien est un dispositif particulièrement intéressant pour les personnes qui construisent ou vont prochainement construire leur maison. En effet, il permet ainsi d’économiser sur le coût du chantier tout en profitant de tous ses avantages en matière d’efficacité énergétique. Face à cette demande croissante, il peut donc être très avantageux pour un professionnel du bâtiment de se former sur cette compétence !

Simplifiez votre gestion d’entreprise du bâtiment.
Démarrer l’essai gratuit
Mathilde Fauconnier
Rédactrice web SEO, j’accompagne Obat depuis 3 ans dans la création de contenus en décryptant les spécificités de la gestion du bâtiment pour les artisans.

Qu’est-ce que le BPU (Bordereau des Prix Unitaires) ?

Dans l’univers des appels d'offres, le Bordereau des Prix Unitaires, ou BPU, est un document essentiel pour les entreprises visant...

Bilan comptable d’entreprise | Définition et Intérêt

Le bilan comptable d’entreprise offre une représentation de la situation financière d'une structure pour un exercice comptable spécifique. En tant...

Cotisation foncière des entreprises | Tout savoir sur la CFE

Venue en remplacement de la taxe professionnelle, la cotisation foncière des entreprises, ou CFE, concerne les auto-entrepreneurs, chefs d’entreprises et...

Qu’est ce qu’un Kbis ? Définition et comment l’obtenir

L'extrait Kbis d’une entreprise peut être assimilé à sa carte d’identité : c’est un document officiel qui prouve la création...

RT bâtiment : Qu’est-ce que la réglementation thermique ?

Début 2021, une nouvelle RT Bâtiment doit être mise en application et remplacer la RT 2012 : c’est la réglementation...

La maintenance curative, qu’est-ce que c’est ?

Un serveur informatique qui ne marche plus après une première réparation, un engin de construction qui ne fonctionne plus malgré...