Comment créer une entreprise dans le bâtiment ? (avec ou sans diplôme)

Par Franck - Actualités du BTP - 13 mars 2019

Vous souhaitez créer votre entreprise dans le bâtiment et vous ne savez pas par où commencer ? La construction est un secteur réglementé qui demande de connaître certaines spécificités, quel que soit votre domaine d’expertise : maçonnerie, plomberie, menuiserie, électricité, charpenterie, peinture industrielle… Conditions obligatoires pour démarrer son activité, statuts juridiques et étapes clé, cet article se penche sur tout ce qu’il faut savoir avant de vous lancer dans la création de votre entreprise BTP.

Les conditions pour créer son entreprise dans le bâtiment

Pour créer son entreprise de Bâtiment et Travaux Publics (BTP), il est nécessaire de posséder certains pré-requis pour démontrer ses compétences. La loi n°1996-603 du 5 juillet 1996 stipule en effet que la personne à la tête de la société doit pouvoir attester d’une qualification professionnelle appropriée à l’activité qu’elle souhaite exercer.

Qualifications et diplômes

La plupart des métiers du bâtiment requiert des diplômes du type Certification d’Études Professionnelles (CAP), Brevet d’Études Professionnelles (BEP) ou titre équivalent ou supérieur reconnu par le Répertoire National de Certifications Professionnelles de ce secteur. Notez qu’il est obligatoire d’être titulaire d’une qualification professionnelle pour chaque activité exercée au sein de la société. Par exemple, si votre entreprise effectue des travaux de plomberie et d’installations thermiques, il vous faudra une qualification pour chacune de ces deux activités.

Expérience professionnelle et gestion d’entreprise

En plus d’un diplôme, être capable de justifier de plusieurs années d’expérience professionnelle dans le métier d’artisan est un vrai atout pour démarrer une entreprise dans le bâtiment. En tant qu’auto-entrepreneur, vous devez montrer que vous savez gérer votre entreprise et assurer sa rentabilité : réalisation des devis chiffrés, du budget, tenue des chantiers…

Le stage de préparation à l’installation

Les entreprise de BTP sont en général qualifiées d’activités artisanales. Un stage de préparation à l’installation est donc obligatoire. Celui-ci s’effectue auprès de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat, dure une trentaine d’heures et coûte environ 200 euros.

Vous y apprendrez comment gérer la comptabilité et les formalités administratives de votre entreprise. L’idée derrière cette formation accélérée est de vous donner toutes les cartes en main pour vous préparer au métier de chef d’entreprise.

Si vous avez déjà été à la tête d’une entreprise ou que vous êtes diplômé en gestion, sachez qu’il est possible d’en être exempté.

Comment créer une entreprise de bâtiment sans diplôme ?

Comme vous l’avez vu, le bâtiment est une activité très réglementée et lancer son entreprise dans ce secteur sans diplôme n’est pas simple. La loi stipule en effet que si l’activité touche au bâti et donc à la structure des bâtiments, il faut obligatoirement justifier d’un diplôme ou d’une expérience professionnelle d’au moins 3 ans. Cette règle concerne tous les types de statut juridique.

Quelles sont mes solutions ?

Pour créer une entreprise de bâtiment sans diplôme, 3 options principales s’offrent à vous.

Justifier d’une expérience de 3 ans minimum

Vous avez été salarié pendant 3 ans ou plus dans un entreprise de construction ? Si c’est le cas, vous pouvez faire valoir cette expérience comme une qualification professionnelle et créer votre propre société de BTP.

Démarrer une formation ou un travail

Sans diplôme ni expérience, les possibilités sont assez limitées. La meilleure option dans ce cas là (mais également la plus longue) est de démarrer une formation qualifiante en alternance et de créer votre entreprise à l’issue de celle-ci. Si vous êtes en reconversion professionnelle et ne disposez pas des fonds nécessaires au coût de la formation, Pôle Emploi propose des financements pour les demandeurs d’emploi.

Vous pouvez également essayer de vous faire embaucher dans une entreprise pour gagner en expérience. Vous serez formé sur le terrain et c’est un bon moyen de voir si le métier vous plaît réellement avant de vous lancer dans l’entreprenariat.

S’installer sous le statut “d’homme toutes mains”

Ce type d’entreprise de bricolage multi-services ne nécessite aucun diplôme ou expérience particulière. Le statut d’homme toutes mains vous permet de faire des menus travaux chez les particuliers : jardinage, débouchage de canalisation, peinture, changement d’ampoule, pose ou entretien de parquet amovible, fixation de rideaux, petites rénovations…

Attention toutefois, ce statut ne couvre que certaines activités et ne doit surtout pas toucher au bâti. Vous ne pourrez pas construire de cloison, bâtir un toit ou installer des branchements électriques.

Pour s’installer en tout qu’homme toutes mains, vous devrez vous inscrire au Registre des Métiers. Le CFE compétent est la Chambre des Métiers et de l’Artisanat. Comme toute entreprise appartenant au domaine artisanal, le stage de préparation à l’installation est obligatoire.

Quel statut juridique choisir pour une entreprise BTP ?

Il existe plusieurs types de structures appropriés à une activité dans le bâtiment. Le choix de l’une ou de l’autre dépendra de votre situation personnelle et de vos ambitions quant à l’avenir de votre entreprise.

Créer une auto-entreprise ou micro-entreprise

Si vous êtes seul, le régime de la micro-entreprise est recommandé pour un démarrage d’activité à moindre risque. Les démarches pour accéder à ce statut sont très faciles (une simple déclaration en ligne) et il bénéficie d’un régime social favorable aux petits revenus.

Le taux de cotisations est de 22 % et dépendra de votre chiffre d’affaires. En effet, si votre entreprise ne dégage aucun revenu durant certaines périodes, vous n’aurez pas à cotiser.

En revanche, le statut micro-entreprise est assez limité puisque votre chiffre d’affaires annuel est plafonné : 170 000€ HT pour les activités de vente de marchandise et 70 000€ pour les prestations de service. Il ne vous permet pas non plus de déduire vos charges professionnelles, ni d’embaucher des salariés.

C’est donc une forme juridique très intéressante pour tester la rentabilité de votre activité sans prendre un trop grand risque financier ou pour la développer en annexe de votre activité principale. Cette structure pose toutefois plusieurs freins à la croissance de votre entreprise. Si vous souhaitez faire grandir votre activité de façon moins restreinte, une solution préférable serait de vous tourner vers la création d’une société BTP.

Créer une société dans le bâtiment : EURL, SASU, SARL et SAS

Si votre objectif est de vous associer, embaucher des salariés, générer des revenus importants ou/et développer intensément l’entreprise, la création d’une société est une solution judicieuse. Toutes ces sociétés sont à responsabilité limitée, ce qui signifie que le risque financier ne peut pas être supérieur à son apport initial.

Le choix de la forme juridique dépendra du nombre de collaborateurs et de la direction donnée à votre entreprise. Par exemple, vous ne choisirez pas le même statut si vous voulez devenir électricien indépendant ou montrer votre entreprise en travaux de rénovation.

L’entreprise individuelle : EURL ou SASU

Pour une petite entreprise où vous serez le seul employé, créer une EURL ou une SASU est toute indiqué. On les distingue sur le plan du régime social :

  • EURL : le patron est l’unique associé. Il est donc considéré comme travailleur non salarié (TNS) et le taux de cotisation s’élève à 45 % sur ses dividendes et sa rémunération. En cas de faillite, ses biens personnels sont protégés et l’entreprise ne sera redevable que du montant de son capital ;

  • SASU : c’est une société par action simplifié où le dirigeant est assimilé salarié. Ses charges s’élèvent à 65 % sur sa rémunération et à 15.5 % sur ses dividendes.

Pour un projet à plusieurs : SARL ou SAS

Si vous voulez prendre des collaborateurs, une SARL ou une SAS sera davantage adaptée.

  • SARL : c’est le statut le plus commun parmi les sociétés du bâtiment. Elle dispose des mêmes particularités que la EURL mais avec plusieurs associés. Si vous détenez plus de 50 % des parts de l’entreprise, vous serez considéré comme TNS, sinon, comme assimilé salarié.
  • SAS : mêmes avantages que la SASU avec deux collaborateurs ou plus.  

Comment créer son entreprise BTP ? Étape par étape

La création d’une entreprise dans le bâtiment implique de passer par plusieurs étapes fortement recommandées.

Définir son projet

Pour ne pas aller droit au mur, il est essentiel de réfléchir mûrement à la création de son projet en amont. Définissez votre concept et vos offres : souhaitez-vous vous spécialiser dans une seule activité, comme la pose de carrelage ou la maçonnerie ? Ou plutôt proposer une large gamme de services qui englobe les travaux d’aménagement intérieur ? Trouvez votre niche et travaillez-la. Si vous avez de longues années d’expérience sur les chantiers ou un savoir-faire artisanal unique, c’est le moment de valoriser vos compétences.

Faire une étude de marché

Réaliser une étude de marché sur le secteur de la construction et de la rénovation peut être très profitable. Regardez autour de vous et analysez les entreprises locales susceptibles de vous faire de la concurrence. S’il y a par exemple déjà de nombreux menuisiers professionnels avec de bonnes références dans votre ville, il sera peut-être difficile de se faire une place. Allez également à l’encontre des clients pour connaître leurs besoins.

Réaliser un prévisionnel

Après avoir analyser le marché dans lequel vous souhaitez vous lancer, vous pouvez commencer à élaborer votre business plan et évaluer le prévisionnel de votre entreprise dans le bâtiment :  

  • le chiffre d’affaires : nombre de chantiers prévus sur l’année, estimation des devis ;

  • le budget d’investissement au démarrage : stock de matériaux, outillage, machines, véhicule utilitaire ;

  • les charges : assurances, entretien du matériel, frais de location de véhicule, loyer du local professionnel, dépenses en communication…

Immatriculer son entreprise BTP

Une fois que vous avez cerné de façon claire votre projet, estimé le coût financier et choisi le statut juridique le plus adapté, vous pouvez procéder à l’immatriculation de votre entreprise. La procédure peut se faire en ligne ou par courrier et les formalités administratives diffèrent suivant la nature juridique de la société. Il peut être utile de se rapprocher d’un professionnel pour être sûr de ne pas commettre d’erreurs et de fournir les bons documents.

Une fois votre dossier complété, il faudra le déposer au CFE compétent pour demander votre immatriculation. Quand vous serez enregistré, vous recevrez votre numéro Siren et votre extrait Kbis.

Pour plus d’informations sur la création d’entreprise ou pour démarrer la déclaration de votre activité, rendez-vous sur le portail officiel du gouvernement.